•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 15 classes de maternelle 4 ans dans la région dès l'an prochain

Un enfant lit un livre
Québec compte ouvrir 250 nouvelles classes à temps plein de maternelles pour les enfants âgés de 4 ans. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le scénario d'implantation des classes de maternelle 4 ans se précise. Sur les 250 classes que Québec ajoutera dès septembre, 17 seront ouvertes dans la région.

Seule la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) n'aura pas de classe supplémentaire. Elle en compte actuellement six. La Commission scolaire Eastern Townships et celle des Hauts-Cantons en compteront chacune deux de plus. Trois classes s'ajouteront à la Commission scolaire des Sommets, une à Val-des-Cerfs et à la Commission scolaire des Chênes et huit à la Commission scolaire des Bois-Francs.

C'était clair pour nous, dans les indices de mileux socioéconomiques un peu plus difficiles, on n'avait pas ces espaces-là et il respecte ça. Est-ce qu'il va presser la note d'une autre façon, on le verra bien, souligne le président de la CSRS, Gilles Normand

Nous, il faut donc prévoir un peu partout quand on aura des travaux à faire pour nos besoin d'espaces, de prévoir des classes supplémentaires pour les classes de maternelle 4 ans, ajoute-t-il.

Manque d'espace

Selon le Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, il serait difficile d'implanter des maternelles 4 ans dans la région en raison, notamment, du manque d'espace.

Selon le président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, Richard Bergevin, les commissions scolaires de la région se buteront non seulement à un manque de personnel, mais également à un manque de locaux.

Le ministre a indiqué qu'il ciblerait les endroits où ce sera le plus facile à implanter. C'est sûr qu'à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, on se rappelle que dans les dernières années, on a construit des nouvelles écoles primaires. Je ne suis pas certain que ce sera un endroit ciblé par le ministre. On n'a pas encore les chiffres exacts, a-t-il indiqué au micro de Par ici l'info.

Selon M. Bergervin, les problèmes d'implantation des maternelles quatre ans risquent briser l'élan du gouvernement et de mettre les commissions scolaires en porte à faux avec la population. Il y a plusieurs problèmes dans les écoles présentement et la crainte, c'est de mettre tout l'argent dans les maternelles quatre ans et qu'il ne reste plus suffisamment d'argent pour régler les autres problèmes.

Au-delà de la pénurie de locaux pour accueillir ces maternelles, il y a aussi le manque d'enseignants disponibles. On n'a pas encore réussi à régler le problème de pénurie d'enseignants. En deux ans, on connaît des problèmes de plus en plus importants. Dans les universités, il n'y a pas plus d'inscriptions. Le ministre rêve et semble vouloir faire de la magie. Mais ce n'est pas comme ça que ça marche dans le monde de l'éducation, rappelle-t-il.

M. Bergevin salue toutefois les investissements du gouvernement en éducation. Ça fait des années qu'on a des coupures. Depuis le début des années 2000, c'est plus d'un milliard qui a été coupé en éducation. Par contre, ce n'est pas notre premier choix.

Dès septembre, il y aurait ainsi 644 classes de maternelle 4 ans au Québec.

Estrie

Éducation