•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants s'opposent à la construction d'une nouvelle prison pour migrants à Laval

Un groupe de personnes devant une bâtisse sur laquelle on peut lire le nom du cabinet d’architectes Lemay.
Les nouveaux bureaux de la firme Lemay ont été pris d’assaut dimanche. Photo: Radio-Canada / Diana Gonzalez
Delphine Jung

Quelques dizaines de personnes ont répondu à l'appel de l'organisme « Ni frontières, Ni prisons », dimanche, pour s'opposer au projet de construction d'un nouveau centre de surveillance de l'immigration à Laval.

Les manifestants s'étaient donné rendez-vous dans le quartier de Saint-Henri, à Montréal, tout près des locaux de la firme Lemay, le cabinet d’architectes impliqué dans le projet.

Les organisateurs estiment que le futur centre de surveillance de l'immigration à Laval n'est « rien d’autre qu’une prison : une cage pour les êtres humains […] pour faciliter l’expulsion des réfugiés et des migrants que le Canada veut jeter ».

Ils ajoutent, dans un communiqué, que ce type de bâtiment n’a pas d’autre fonction que celle de « contrôler le mouvement des pauvres du monde ».

Nous sommes ici pour dire à Lemay que c'est inacceptable.

Extrait du communiqué émis par le groupe « Ni frontières, Ni prisons »

Le groupe accuse la firme d'architectes d'« hypocrisie ». « Lemay se vante de contribuer au "progrès" et au "bien-être", mais elle aide le gouvernement à emprisonner les migrants et les réfugiés », dénonce-t-il.

Une maquette en 3D de ce à quoi va ressembler le nouveau centre de surveillance de l’immigration de Laval.Le futur centre de surveillance de l'immigration de Laval sera construit au 600, montée Saint-François. Photo : Lemay Architectes

La construction d'un nouveau centre de surveillance de l'immigration au Québec a été annoncée en 2016 par le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale. Ce centre, qui coûtera 56 millions de dollars à bâtir, pourra accueillir jusqu'à 158 immigrants.

Selon le Conseil de réglementation des consultants en immigration du Canada, il y aurait en moyenne 450 à 500 personnes détenues en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, ce qui représenterait moins de 0,02 % des voyageurs par année au Canada.

Avec les informations de Diana Gonzalez

Immigration

Société