•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres toits s'effondrent sous le poids de la neige à Saint-Lin-Laurentides et à Mirabel

Le reportage de Julie Marceau
Radio-Canada

Les toitures de deux autres bâtiments ont cédé sous le poids de la neige dans la nuit de dimanche à lundi, à Saint-Lin-Laurentides et à Mirabel.

À Saint-Lin-Laurentides, dans Lanaudière, c'est un bâtiment abritant l'entreprise Raymond Bouchard Excavation qui s'est partiellement effondré au 222, rue de l'Industrie. Heureusement, personne n'était l'intérieur.

Puis, à Mirabel, le toit d'un autre bâtiment s'est partiellement effondré à cause du poids de la neige. Encore une fois, on ne rapporte aucun blessé.

Le bâtiment, situé au 18050, rue J.-A.-Bombardier, dans le secteur Saint-Janvier, appartient au Groupe Villeneuve.

Des pompiers et des équipes d'Hydro-Québec et de Gaz Métro s'activaient sur le terrain lundi matin pour évaluer l'étendue des dégâts.

Le toit de tôle, détruit.Le toit d'un autre bâtiment s'est aussi effondré dans la nuit de dimanche à lundi dans le secteur de Saint-Janvier, à Mirabel. Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Depuis quelques jours, on ne compte plus le nombre d'incidents similaires survenus aux quatre coins du Québec.

En cause : le cocktail météo des dernières semaines, au cours duquel la neige s'est alourdie sous le poids de la pluie et du verglas.

En fin de semaine, par exemple, le toit d'un bâtiment de deux étages s'est effondré sous le poids de la neige et de la glace à Saint-Jérôme.

Les deux travailleurs poussent la neige avec leur pelle.Chaque pelletée compte sur la Rive-Nord ces jours-ci. Ici, de jeunes employés s'affairent à déneiger le toit d'un centre municipal de Saint-Jérôme. Photo : Radio-Canada / Julie Marceau

Le toit de l'ancien garage municipal de Shawinigan, celui d'un commerce de Trois-Rivières, celui d'un supermarché de Lévis et celui d'une maternité porcine à Béran, dans le Témiscamingue, ont connu le même sort, alors qu'à Québec, un aréna de Sillery a dû être évacué de manière préventive.

Puis, dans la nuit de dimanche à lundi, c'est une partie du toit de l'aréna de la communauté algonquine de Timiskaming First Nation qui s'est effondré, provoquant un incendie.

Québec lance un appel à la prudence

Le message était partout le même, lundi : mieux vaut prévenir que guérir.

La CNESST, par exemple, a rappelé l'importance de bien planifier les travaux à effectuer pour éviter les accidents.

La ministre responsable de la Régie du bâtiment du Québec, Andrée Laforest, a également diffusé un communiqué pour rappeler aux propriétaires de bâtiment l'importance d'être vigilants à l'égard des accumulations de neige et de glace sur les toitures.

« On ne redira jamais assez que le propriétaire est responsable de la sécurité des personnes qui habitent ou fréquentent son bâtiment, écrit-elle. Il est donc essentiel qu'il demeure attentif aux signes précurseurs afin de prévenir un affaissement de la toiture. Prendre les mesures appropriées pour prévenir l'accumulation de neige ou de glace est le meilleur moyen d'éviter de faire face aux conséquences d'un effondrement de toit ou de balcon. »

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys a également envoyé un message aux directions d'école pour leur demander de vérifier le niveau de neige sur les toits.

Grand Montréal

Accidents et catastrophes