•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Abitibi-Témiscamingue obtiendra neuf classes de maternelle 4 ans

L'enseignante en classe avec les enfants.
Classe de maternelle-jardin. Photo: Radio-Canada / Frank Desoer
Émilie Parent Bouchard

Dès la prochaine rentrée scolaire, à l'automne 2019, neuf classes de maternelle 4 ans seront implantées dans la région, en lien avec les 250 classes promises par le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, cette fin de semaine.

Ces nouvelles classes viendront s'ajouter aux 19 déjà en place, pour un total de 28 classes de maternelle 4 ans dans la région.

L'Abitibi-Ouest aura la plus grande part du gâteau, avec cinq nouvelles classes. C’est plus de la moitié des nouvelles classes autorisées dans la région par le gouvernement de François Legault pour 2019-2020.

Aucune nouvelle classe ne sera implantée au Témiscamingue, qui en compte déjà trois.

Deux nouveaux groupes de maternelle 4 ans viendront s'ajouter aux deux qui sont déjà en place à Rouyn-Noranda.

Les commissions scolaires Harricana et de l'Or-et-des-Bois ajouteront quant à elles une classe sur leur territoire, pour porter leur total à six classes de maternelle 4 ans.

Un enfant lit un livreTous les enfants québécois pourraient bientôt fréquenter la maternelle dès l'âge de 4 ans. Photo : Radio-Canada

Le président de l'Association des commissions scolaires de l'Abitibi-Témiscamingue, Gaétan Gilbert, était sur nos ondes hier.

Évidemment, ça offre un certain défi au niveau du personnel, au niveau du transport, au niveau du budget, au niveau de l'espace. C'est un moyen auquel il va falloir s'attarder. C'est beau, on a l'autorisation pour neuf classes additionnelles, maintenant, va-t-on avoir assez d'élèves inscrits pour avoir le service? Ça, c'est une information qu'on doit avoir. Il y a des endroits où on a offert le service maternelle 4 ans et on n'avait pas assez d'élèves pour pouvoir le donner, explique-t-il.

Selon Gaétan Gilbert, il serait possible, à moindre effort et moindre coût, de bonifier l'offre des centres de la petite enfance, déjà existante.

Abitibi–Témiscamingue

Éducation préscolaire