•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'augmentation salariale du maire de Saint-Lambert reportée

Pierre Brodeur est maire de Saint-Lambert depuis le 6 novembre 2017

Pierre Brodeur est maire de Saint-Lambert depuis le 6 novembre 2017

Photo : Facebook

Thomas Gerbet

Les élus de Saint-Lambert devaient se voter une substantielle augmentation salariale, une deuxième en deux ans, lundi soir au conseil municipal. Ainsi, la rémunération totale du maire Pierre Brodeur devait passer à 120 000 $. Le vote a toutefois été retiré de l'ordre du jour à la dernière minute et on ignore quand il refera surface.

Les élus justifient ce projet de hausse, entre autres, par la pression qu'ils subissent de la part des citoyens sur les médias sociaux.

Saint-Lambert compte 22 500 habitants. Or, ses élus se plaignent depuis plusieurs années de gagner moins que leurs confrères d'autres municipalités de taille équivalente.

Les nouvelles hausses salariales feraient monter le revenu des conseillers de 34 % et celui du maire de 45 %.

Et c'est sans compter ses autres sources de revenus. Sa rémunération globale, pour 2019, devrait dépasser les 120 000 $, selon nos calculs.

Parmi les raisons invoquées pour justifier ces nouvelles hausses, les élus de Saint-Lambert mentionnent le fait que leur travail est de plus en plus prenant.

« Quelle que soit la taille des villes, les élus ont de plus en plus de responsabilités », peut-on lire dans l'avis public du projet de règlement. « Pour bien accomplir leur travail, ils doivent assumer une charge de travail plus grande qu’auparavant surtout dans un contexte d’agglomération, comme c’est le cas pour Saint-Lambert. »

Les élus sont aussi confrontés à gérer des demandes plus complexes et des attentes plus élevées de la part des citoyens.

Extrait de l'avis public justifiant la proposition de hausse de la rémunération

Les élus argumentent qu'il sont souvent interpellés par les citoyens « dans les lieux publics ou à leurs résidences personnelles ». De plus, « l’accessibilité à l’information et la rapidité des échanges générés par les médias sociaux ajoutent une pression supplémentaire », écrivent-ils.

Parmi les autres raisons invoquées pour augmenter leur salaire, les élus expliquent notamment que les allocations de dépenses dont ils bénéficient sont maintenant imposées par le gouvernement fédéral.

À peine mieux payés qu'à Saint-Lin

Malgré cette nouvelle hausse, Saint-Lambert sera encore parmi les villes de taille semblable qui payent le moins bien leurs élus.

Grand Montréal

Politique municipale