•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrer les spectateurs qui ignorent... le spectacle

Un couple discute pendant un spectacle.

Photo : iStock

Anne-Josée Cameron

Des artistes et diffuseurs mettent en place des stratégies pour contrer les spectateurs bruyants ou irrespectueux qui ne sont pas en mode écoute, un phénomène qui semble grandissant selon les intervenants réunis à Rideau, lors d'un forum sur la question.

De plus en plus d'artistes et de diffuseurs prennent la parole pour dénoncer le phénomène.

« Il y a ce qu'on appelle le spectateur toxique qui dérange pendant le spectacle », explique Jean-Sébastien Martin, directeur du Centre culturel de Joliette.

Un problème qui n'est pas exclusif aux petites salles, mais qui semble se retrouver plus souvent dans les salles où les spectateurs sont debout, ajoute-t-il.

Jason Bajada, auteur-compositeur-interprète

Jason Bajada, auteur-compositeur-interprète

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

« Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le phénomène n'est pas non plus générationnel, affirme pour sa part l'auteur-compositeur-interprète Jason Bajada qui a récemment fait une sortie à ce sujet sur les réseaux sociaux. Les gens arrivent au spectacle à la course, c'est leur moment de détente. Ils discutent, veulent prendre des photos. »

Les spectateurs d'aujourd'hui s'affairent à toutes sortes de choses durant les spectacles, dont tenir des conversations ou capter le moment avec leur téléphone intelligent.

Veulent-ils plus être vus à un événement que vivre l'événement? « Peut-être, de répondre Jason Bajada après un court silence. C'est peut-être la dopamine des likes, réfléchit-il. »

Conscientiser le public

Afin de contrer le phénomène, des diffuseurs de spectacles tentent de conscientiser directement le public.

Le directeur du Centre culturel de Joliette, par exemple, utilise des messages enregistrés qui rappellent aux gens les bonnes manières.

Les messages personnalisés selon les événements ont encore davantage de succès, observe Jean-Sébastien Martin.

S'adresser directement à la foule est toujours gagnant. On peut ainsi adapter le message à la foule.

Jean-Sébastien Martin, directeur du Centre Culturel de Joliette
Jean-Sébastien Martin, directeur du Centre culturel de Joliette, propose quelques stratégies afin de sensibiliser les spectateurs au bruit dans les spectacles.

Jean-Sébastien Martin, directeur du Centre culturel de Joliette, propose quelques stratégies afin de sensibiliser les spectateurs au bruit dans les spectacles.

Photo : Radio-Canada / Anne-Josée Cameron

Pour le le diffuseur de Joliette, on pourrait même aller jusqu'à créer une campagne nationale percutante comme celle réalisée pour les textos au volant.

« On pourrait faire une publicité-choc, avec une pointe d'humour, pour rappeler qu'on ne s'attaque pas à un grand fléau de la société, mais qu'on parle quand même d'une question de civisme importante. »

Avertir les trouble-fêtes?

Selon M. Martin, il n'est par ailleurs pas facile d'avertir directement le spectateur récalcitrant.

« C'est très délicat d'avertir des spectateurs qu'ils dérangent. Certains vous envoient paître, d'autres se choquent ou encore se mettent carrément à pleurer, raconte Jean-Sébastien Martin. Il faut y aller fermement et en douceur. C'est peut-être à tout le monde d'intervenir », ajoute-t-il en souriant.

Jason Bajada est également d'avis que la responsabilité incombe un peu à tous, y compris aux artistes.

« C'est sûr que si ça vient d'abord de la scène, ça va avoir un impact très fort, admet l'artiste. Ça va donner le droit à tout le monde d'intervenir, parce qu'ultimement, il y a plus de spectateurs qui sont venus écouter que jaser », affirme celui qui dit avoir un public très respectueux.

La SOCAN chapeautait la tenue d'une conférence sur le thème « Excusez-moi, est-ce que le spectacle dérange votre conversation? ».

Arts