•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maternelle 4 ans pour tous : un plaidoyer pour le maintien des services éducatifs en Outaouais

Gros plan sur des blocs déposés sur une table, avec des enfants en arrière plan
La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec est de passage en Outaouais, lundi. Photo: Radio-Canada / Patrick Pilon
Radio-Canada

La Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ) était de passage en Outaouais, lundi, pour faire circuler une pétition qui vise à faire reculer le gouvernement Legault sur la mise en place de la maternelle 4 ans universelle.

Ce qu’on veut, c’est que les gens de l’Outaouais démontrent à leurs députés, donc au ministre [de la Famille et responsable de l’Outaouais Mathieu] Lacombe qu’ils n’en veulent pas, de maternelle 4 ans, a soutenu la présidente de la FIPEQ, Valérie Grenon.

Il va falloir que ceux qui ont été élus écoutent leur population et voient qu’on veut le maintien des services éducatifs et que la maternelle 4 ans pour tous ne répond pas à un besoin, a-t-elle plaidé en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

L'Outaouais comptera six nouvelles classes de maternelle 4 ans, dès la prochaine année scolaire. Elles seront réparties dans les commissions scolaires francophones.

Deux autres classes seront allouées à la Commission scolaire Western Quebec. Toutefois, le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur du Québec n'est pas en mesure de dire si ces deux classes anglophones seront en Outaouais ou en Abitibi-Témiscamingue.

Par ailleurs, Mme Grenon évoque un sondage de la firme Léger fait pour le compte de la FIPEQ et réalisé du 14 au 18 septembre 2018.

Cette consultation veut que deux tiers des Québécois favorisent une approche basée sur le jeu à une approche basée sur la scolarisation.

Le sondage a été mené en ligne auprès de 1008 résidents du Québec de 18 ans ou plus.

Selon Mme Grenon, le réseau des Centres de la petite-enfance (CPE), créé en 1997, est un beau réseau de services éducatifs à la petite-enfance qui a fait ses preuves. Plusieurs provinces canadiennes et d’autres pays s’inspirent de la formule mise en place au Québec, a expliqué Mme Grenon.

Selon la présidente de la FIPEQ, un investissement pour ces 250 nouvelles classes retirerait de l’argent au réseau des CPE, ce qui n’est pas souhaitable à son avis.

Ce n’est pas à quatre ans qu’on doit faire du dépistage, a-t-elle fait valoir. Le dépistage se fait dès le jour "un" de l’entrée dans le service éducatif. L’éducatrice qui va s’occuper de l’enfant, elle est formée pour s’assurer du bon développement de l’enfant, a soutenu Mme Grenon.

Au 31 janvier 2019, l’Outaouais comptait :

  • 4947 places en CPE (82 installations)
  • 1563 places en garderies subventionnées (25 installations)
  • 5368 places en milieu familial (9 bureaux coordonnateurs)
  • 2598 places en garderies non subventionnées (52 installations)

Source: ministère de la Famille du Québec

Par ailleurs, la FIPEQ souhaite toujours, lundi, recevoir des excuses de la part du premier ministre François Legault. Selon la Fédération, le premier ministre caquiste ne reconnaît pas l’expertise de ses membres à sa juste valeur.

Le premier ministre François Legault semble déterminé à aller de l’avant avec un plan qui va prendre les ressources qui sont actuellement consacrées aux enfants de 1re à 6e année pour les rediriger vers les maternelles 4 ans, a déploré le député de la circonscription de Pontiac, André Fortin, pendant un point de presse, lundi.

Selon M. Fortin, les autres projets prioritaires en matière d'éducation, comme la construction d’autres écoles, devront attendre, parce que le gouvernement de la Coalition avenir Québec va accorder la priorité aux maternelles 4 ans.

Enfance

Société