•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto : « Une ville canadienne devrait être prête à déneiger »

Trois personnes avec des pelles dans un banc de neige
Le groupe de cyclistes Ward 14 Bikes a déneigé la piste cyclable de la rue Dundas Est, dimanche Photo: Radio-Canada / CBC News
Radio-Canada

À Toronto, le processus de déneigement et le rythme auquel il se déroule irrite citoyens et élus.

La dernière averse de neige significative a eu lieu mardi. Dimanche, les trottoirs et les pistes cyclables de la ville étaient toujours en mauvais état, selon Ward 14 Bikes, un groupe cyclistes urbains.

« Nous ne sommes pas que des cyclistes. Nous vivons également dans le quartier et nous souhaitons que la ville en fasse plus », a déclaré Kathleen Mackey en entrevue à CBC News.

Le portrait d'une femme dans la rue l'hiverKathleen Mackey, de Ward 14 Bikes Photo : Radio-Canada / CBC News

Ce groupe de cyclistes a organisé un événement « symbolique » en déneigeant un tronçon de la piste cyclable de la rue Dundas Est dans le but d’attirer l’attention des élus municipaux.

Josh Matlow, le conseiller municipal du quartier Toronto – St. Paul, considère lui aussi que la Ville n’en fait pas assez. Il affirme avoir reçu « d'innombrables » plaintes de résidents qui s'étaient trouvés incapables d'utiliser les trottoirs et certaines routes au cours des dernières semaines. La situation est particulièrement grave pour ceux qui vivent avec des problèmes de mobilité, des handicaps et des jeunes enfants.

Le conseiller municipal Josh MatlowLe conseiller municipal Josh Matlow Photo : Radio-Canada / Lyne-Françoise Pelletier

« Je demande des normes plus strictes pour le déneigement des routes - y compris des trottoirs - dans chaque quartier afin de rendre notre ville plus sûre et accessible pour tous. Je n'accepte pas que ce service ne soit pas considéré comme un service de base fourni par une ville canadienne », a écrit M. Matlow sur Twitter samedi.

En entrevue, M. Matlow a souligné que le budget très limité de la ville y était peut-être pour quelque chose. « You get what you pay for », a-t-il déclaré en anglais (« On obtient un service à la hauteur de la facture soumise », traduction libre.) « Une ville canadienne devrait être prête à déneiger », a-t-il ajouté. « Il semble que la Ville soit débordée, sous-financée et piètrement préparée même pour certains tests élémentaires. »

Mme Mackey affirme, elle, que les citoyens sont frustrés. « Pourquoi est-ce si long ? », a-t-elle demandé, un peu de manière rhétorique.

Le maire de Toronto, cette semaine, a déclaré que le service municipal 311 avait reçu plus de 3000 plaintes en une semaine. Il a d’ailleurs affirmé qu’il avait l’intention de demander un examen des « activités hivernales » de Toronto dans une lettre au chef du service des transports.

Avec les informations de CBC News

Politique municipale

Politique