•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en sol canadien coûteux pour des bénévoles coincés en Haïti

Deux femmes s'enlacent dans l'espace réservé aux arrivées à l'aéroport de Calgary.
Le groupe est arrivé à l'aéroport de Calgary dimanche après-midi. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un groupe de bénévoles albertains qui se trouvaient en Haïti ont pu serrer leurs proches dans leurs bras, dimanche après-midi, à l'aéroport de Calgary. Ils ont été forcés de quitter la région où ils se trouvaient à bord d'un hélicoptère en payant près de 7000 $.

L’hélicoptère a effectué trois voyages vers l’aéroport de Port-au-Prince pour y transporter le groupe de 24 bénévoles qui était coincé à Grand-Goâve, à une soixantaine de kilomètres de la capitale. De là, ils ont pu prendre des vols différents jusqu’à Miami, en Floride, pour par la suite s’envoler vers l’Alberta, dimanche.

Des membres du groupe sont d’ailleurs encore en attente de leur dernier vol en sol floridien.

La vie de ces travailleurs humanitaires, du projet caritatif Haïti Arise, n’a pas été mise en danger, selon le vice-président de l’organisme, James Roberts. Ce dernier précise toutefois qu’il commençait à s’inquiéter parce que, plus les jours avançaient, plus les risques de manquer de nourriture ou de carburant se faisaient grands.

Jeudi, Affaires mondiales Canada a diffusé un avis concernant les voyages en Haïti. Selon l’autorité fédérale, les Canadiens doivent « éviter tout voyage dans ce pays en raison des troubles civils qui y sévissent ».

Une des bénévoles du groupe albertain, Lisa Honorat, a indiqué que l’ambassade canadienne avait communiqué avec eux pour leur donner des conseils. Elle aurait toutefois aimé recevoir plus d’informations.

Le groupe devait quitter Haïti mercredi dernier, mais, en raison des manifestations, il n’a pu se rendre à l’aéroport avant samedi. Les 6900 $ qu'a coûté l’évacuation par hélicoptère seront assumés par Haïti Arise, selon l’organisme.

Avec les informations de François Joly et de Dave Dormer

Alberta

Amériques