•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des questions sans réponses au lendemain de l'évacuation de l'aréna Jacques-Côté

L'aréna Jacques-Côté de Sillery
Les pompiers ont condamné l'aréna Jacques-Côté, samedi, après le craquement d'une poutre de bois. Photo: Radio-Canada
David Rémillard

Au lendemain de l'évacuation d'urgence de l'aréna Jacques-Côté, dans Sillery, l'administration Labeaume se défend d'avoir négligé son entretien alors qu'elle prévoit de le démolir d'ici deux ans.

Les issues du bâtiment construit en 1972 étaient toujours condamnées, dimanche, et une opération déneigement était en cours sur le toit.

La veille, une cinquantaine de personnes, joueurs, parents et entraîneurs, ont évacué d'eux-mêmes l'endroit, craignant pour leur sécurité après avoir entendu et vu une poutre se briser.

Une photographie de la structure de bois soutenant le toit de l'aréna Jacques-CôtéUne photographie de la structure de bois soutenant le toit de l'aréna Jacques-Côté. Photo : Radio-Canada

Ancien maire de Sillery et ex-conseiller de la Ville de Québec du district Saint-Louis–Sillery, Paul Shoiry a dénoncé une certaine « négligence » de la municipalité.

À son avis, la Ville de Québec a hérité d'un aréna en bon état en 2002, après les fusions municipales, et dont les coûts d'entretien étaient peu élevés.

« Il était en très bon état et très bien entretenu. Depuis 2002 , la Ville de Québec n'a pas [assez] investi dans cet immeuble et aujourd'hui, il a besoin de beaucoup d'investissements », a-t-il réagi.

Malheureusement, la Ville a négligé son entretien depuis des années.

Paul Shoiry, ancien maire de Sillery

Équipe Labeaume se défend

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif de la Ville de Québec, a défendu le travail d'Équipe Labeaume.

« Je ne sais pas sur quoi M. Shoiry s'appuie pour affirmer une telle chose », a-t-il répliqué.

« Ce que moi j'en sais, c'est qu'à chaque année, il y a des travaux d'amélioration locative qui sont faits pour le maintenir en bon état. »

M. Normand confirme que le plan est toujours de démolir l'aréna Jacques-Côté vers fin 2020 et début 2021, tel qu'évoqué au programme particulier d'urbanisme présenté en 2015.

C'est toujours inquiétant de voir ce genre de phénomène. [...] Jamais, en aucun temps, la Ville ne mettrait la vie des citoyens en danger quand ils fréquentent un équipement municipal.

Rémy Normand, vice-président du comité exécutif

M. Normand concède que la Ville entretient l'aréna « dans la perspective où ce sont des améliorations qui conduisaient éventuellement à une déconstruction ».

« On avait prévu le maintenir tant que nous n'aurions pas la disponibilité des quatre nouvelles glaces de l'anneau de glace », a-t-il expliqué.

Maintenant que la structure soulève des doutes, M. Normand attendra le bilan des ingénieurs qui analyseront sa condition dans les prochaines heures.

« Est-ce qu'on est en présence d'un simple craquement? Est-ce que la poutre a vraiment lâché? À quoi c'est dû? », a-t-il énuméré.

Les accès à l'aréna Jacques-Côté ont été condamnés par les pompiersLes accès à l'aréna Jacques-Côté ont été condamnés par les pompiers. Photo : Radio-Canada

Si c'est possible, la Ville tentera de le rouvrir pour deux ans. « Notre objectif est de le maintenir en état d'opération et en état de fonctionnement sécuritaire. »

En attendant la réouverture, les activités prévues à l'aréna Jacques-Côté sont déplacées vers d'autres bâtiments de la Ville.

Des résidents attachés

Pas moins de 3000 personnes avaient signé une pétition réclamant la sauvegarde de l'aréna du faubourg Saint-Michel, en 2015.

À l'époque, Paul Shoiry et Démocratie Québec s'étaient rangés pour sa survie. Le parti, à travers son seul conseiller, Jean Rousseau, continue de défendre cette position.

Encore aujourd'hui, il est facile de trouver des résidents attachés au bâtiment.

Une bannière sur une résidence de SilleryIl n'est pas difficile de trouver des citoyens pour la sauvegarde de l'aréna Jacques-Côté dans le faubourg historique de Sillery. Photo : Radio-Canada

C'est le cas de Mélanie Bédard, qui était membre du conseil de quartier de 2014 à 2017.

« Moi, comme beaucoup de résidents, on souhaitait que l'aréna soit préservé », a-t-elle dit, vantant la proximité avec le quartier historique.

Si on les envoie tous sur la route de l'Église [au centre de glaces], on perd la facilité d'accès aux loisirs pour les jeunes. 

Mélanie Bédard

La sécurité d'abord, dit Gosselin

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, avait plus de questions que de réponses, dimanche.

« On est à l'heure des bilans », a-t-il dit à propos de l'évacuation de l'aréna la veille.

Le chef de l'opposition veut surtout savoir si la sécurité des usagers de l'aréna a été compromise. « C'est préoccupant. »

M. Gosselin soutient que son parti suit « le dossier de près », notamment parce qu'il veut connaître les orientations de l'administration Labeaume.

La volonté de permettre la construction résidentielle sur le site de l'aréna Jacques-Côté est évoquée dans le programme particulier d'urbanisme du site patrimonial de Sillery (2015).

Avec les informations de Fanny Samson

Québec

Politique municipale