•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une journée pour comprendre les mosquées

La mosquée est dans le style orientale, de couleur jaune, surmplobée d'un minaret

Cette mosquée, située à Surrey, figure parmi celles que l'on trouve en Colombie-Britannique, où il y avait portes ouvertes aujourd'hui.

Photo : Facebook / Surrey Jamea Masjid

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour la première fois, les mosquées de la Colombie-Britannique ont ouvert leurs portes samedi à ceux qui veulent en savoir davantage sur la communauté musulmane, ses coutumes et ses cultures.

Dans les mosquées, l'appel de la prière a sonné cinq fois, comme c’est le cas tous les jours. Ce rituel n'a plus de secrets pour Aymen, qui se prépare en accomplissant des ablutions.

Mais la prière d'aujourd'hui est un peu différente, puisqu’elle se fait sous les yeux du grand public venu participer à la journée portes ouvertes des mosquées de la province.

Du Grand Vancouver à Kelowna en passant par Prince George, de nombreuses personnes ont répondu à l'invitation des communautés musulmanes qui organisent cet événement.


Pour certains, c'est l'occasion de mettre les pieds dans une mosquée pour la toute première fois, d'échanger avec les membres de la communauté et de découvrir quelques attraits artistiques.

La communauté musulmane ouvre aussi ses portes pour atténuer les préjugés qu'elle subit au quotidien et répondre aux questionnements de tous les visiteurs, y compris ceux qui sont athées ou homosexuels.

« On voit tout le monde principalement comme des êtres humains, explique Aymen. On peut avoir des orientations sexuelles différentes, des opinions politiques différentes, mais on est tous des êtres humains et en tant que musulmans, on se doit de voir tout le monde sans discrimination. »

Les personnes qui ont répondu à l'appel veulent aussi que musulmans et non-musulmans se connaissent mieux.

« De temps en temps, les dévots de l'islam sont vus comme des monstres, dit ainsi Maryse de la Giroday, et il me semble que je dois faire ma part pour [amener un équilibre relativement à] cette conception », pour comprendre mieux, espère-t-elle.

Parmi les questions les plus fréquentes, la place des femmes dans les sociétés musulmanes et la coexistence du féminisme et de la religion ont été abordées par le public.

En dehors de cette journée, la mosquée est toujours ouverte à qui veut venir discuter, partager un repas ou simplement se réchauffer dans une ambiance où règne la convivialité, rappellent les organisateurs.

Avec des informations de Nora Chabib

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !