•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Blaine Higgs à un rassemblement pro-pipeline en Saskatchewan

Blaine Higgs à un rassemblement pro-pipeline en Saskatchewan
Radio-Canada

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick espère encore voir revivre le projet d'oléoduc Énergie Est. Pour soutenir l'industrie pétrolière, Blaine Higgs a fait le voyage jusqu'en Saskatchewan.

M. Higgs participait samedi à un rassemblement dans la petite ville de Moosomin, localité de moins de 3000 habitants près de la frontière du Manitoba.

En bordure de l'autoroute, une affiche sur laquelle on peut lire en anglais « J'aime le pétrole et le gaz canadiens » et « Nous devrions être fiers ».On peut lire « J'aime le pétrole et le gaz canadiens » et « Nous devrions être fiers » sur cette affiche aperçue à Moosomin, en Saskatchewan, le 16 février 2019. Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Le chef du Parti conservateur fédéral, Andrew Scheer, et le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, s’y trouvaient également.

À quelques mois des élections fédérales, les trois politiciens de droite veulent faire front commun pour une relance du projet de pipeline Énergie Est, qui devait transporter le pétrole de l’Alberta jusqu’aux provinces situées à l’est.

Andrew Scheer, Blaine Higgs et Scott Moe lors d'un rassemblement pro-pipeline le 16 février 2019 en Saskatchewan.Andrew Scheer (à gauche), Blaine Higgs (au centre) et Scott Moe (à droite) le 16 février 2019 à Moosomin en Saskatchewan. Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Je connais l'industrie, a lancé Blaine Higgs lors de son allocution, samedi. Quand je vois nos ressources qui ne sont pas utilisées, je dis que c'est un problème national.

Le rassemblement se déroulait dans une communauté qui aurait été appelée à jouer un rôle important dans Énergie Est. Le projet prévoyait la construction à Moosomin d'un site de réservoirs ayant une capacité totale d'un peu plus d’un million de barils ainsi que d'une canalisation la reliant à Cromer, au Manitoba.

Faisant face à beaucoup d’opposition, le projet de 15,7 milliards $ a été abandonné à l’automne 2017 par la pétrolière albertaine TransCanada.

Malgré l’insistance du Nouveau-Brunswick, le premier ministre du Québec, François Legault, a récemment annoncé que son gouvernement n’était pas favorable à ce que ce pipeline traverse sa province.

D'après un reportage de Raluca Tomulescu

Nouveau-Brunswick

Industrie pétrolière