•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Envoyés spéciaux
  • Le premier ministre haïtien annonce des mesures économiques d'urgence

    Un homme en complet veston et cravate porte une épinglette aux couleurs d'Haïti
    Le premier ministre haïtien Jean-Henry Céant Photo: Associated Press / Dieu Nalio Chery
    Radio-Canada

    Réduction budgétaire du bureau du premier ministre, lutte contre la contrebande et lutte contre la corruption. Ce sont trois des mesures économiques d'urgence qui ont été annoncées en fin de soirée samedi par le premier ministre haïtien, Jean-Henry Céant, lors d'un discours à la nation qui, espère-t-on, calmera la crise qui secoue le pays.

    « La première décision est de réduire le budget de la primature [bureau du premier ministre] de 30 % en suggérant à la présidence et au parlement d'en faire autant », a déclaré le premier ministre.

    L’homme politique a également suggéré de retirer tous les privilèges « non nécessaires » aux hauts fonctionnaires de l’État comme les frais d’essence, les téléphones et « les voyages inutiles à l’étranger », a-t-il ajouté lors d'une allocution diffusée à la télévision d'État samedi soir.

    Dans son discours d'une vingtaine de minutes en créole, le chef du gouvernement a également indiqué que l'accent serait mis dans la lutte contre la corruption et la contrebande frontalière. Des rencontres avec le secteur privé sont annoncées pour envisager une hausse du salaire minimum.

    De plus, le premier ministre a condamné l’acte d’un citoyen « qui a souillé le drapeau du pays ami que sont les États-Unis ».

    Vendredi, des manifestants rassemblés sur un carrefour de la capitale avaient brûlé un drapeau américain, en dénonçant l'ingérence de Washington dans la politique haïtienne.

    En soirée samedi, alors que le discours de M. Céant était retardé d'heure en heure, l'envoyé spécial de Radio-Canada Philippe Leblanc expliquait qu'une joute politique importante se jouait au sommet du pouvoir en Haïti.

    « C’est un secret pour personne ici. Le président Jovenel Moïse et le premier ministre sont à couteaux tirés politiquement », a-t-il expliqué lors du Téléjournal.

    De plus, Philippe Leblanc a souligné que, dans son discours prononcé jeudi, le président haïtien a dit que le premier ministre Jean-Henry Céant serait responsable d’apaiser les tensions et de soulager les tensions avec des mesures économiques.

    Sans attendre l'allocution du premier ministre, certains groupes de l'opposition avaient déjà lancé plusieurs appels à manifestations dans la capitale pour les journées de dimanche et lundi. Des manifestants devraient notamment se rassembler devant les résidences du président Jovenel Moïse et de l'ex-président Michel Martelly.

    Fragile retour au calme

    Un calme précaire semble être revenu à Port-au-Prince, samedi, au lendemain d'importantes manifestations qui ont secoué la capitale.

    La radio haïtienne a confirmé, aux alentours de midi, qu'aucune manifestation officielle n’était prévue samedi à Port-au-Prince.

    Des personnes font la file dans la rue avec des bidons vides.Des Haïtiens font la file dans l’espoir d’obtenir de l’eau potable. Il est difficile de trouver des denrées de base en raison de la fermeture de nombreux commerces de Port-au-Prince. Photo : Radio-Canada

    Notre envoyé spécial Philippe Leblanc a constaté que certains commerces, comme des banques et des stations d'essence, avaient rouvert leurs portes samedi.

    Certaines personnes se sont postées devant les magasins dès le lever du soleil dans l’espoir d’obtenir quelques litres d’essence, de l’eau potable ou encore des denrées alimentaires. De longues files d’attente se sont ensuite formées.

    Des chauffeurs de motos-taxis, paralysés depuis plusieurs jours par le manque d’essence, ont pour leur part déploré que le gouvernement ne permette pas aux citoyens d’avoir accès à des réserves de carburant.

    Certains d'entre eux ont même évoqué une « prise en otage » de la part des autorités.

    On est dans la boucherie. Ce n’est pas possible. […] Nous les Haïtiens, nous ne sommes pas des chiens. Nous sommes des personnes. On doit vivre. Le droit à la santé, le droit à l’éducation, le droit pour vivre. On est chez nous.

    Un Haïtien rencontré par Radio-Canada à Port-au-Prince
    Voyez notre émission spéciale sur la situation en Haïti

    De vives tensions

    Les tensions étaient toujours vives vendredi en Haïti, où les mouvements de protestation populaire contre le président Jovenel Moïse se poursuivaient dans plusieurs villes du pays.

    Au moins sept personnes ont été tuées en Haïti depuis le début du mouvement le 7 février pour protester contre l'absence d'amélioration des conditions de vie dont est tenu responsable le président Jovenel Moïse.

    Les explications de Sébastien Desrosiers sur la crise en Haïti

    M. Moïse a fini par prendre la parole jeudi soir pour la première fois depuis que les manifestations ont commencé. Au pouvoir depuis deux ans, Jovenel Moïse a rejeté toute démission, ainsi que l'idée de céder le pouvoir à un régime de transition.

    Le président a dit qu’il ne laisserait « pas le pays aux mains des gangs armés et des trafiquants de drogue ». Appelant ses opposants au dialogue pour trouver une issue à la crise, Jovenel Moïse a assuré qu'un « paquet de mesures a été pris par le gouvernement ».

    En ce qui a trait à la position d’Ottawa face à la contestation du président Jovenel Moïse, le premier ministre Trudeau s’est contenté de déclarer que le Canada allait « continuer de fournir de l’aide au peuple haïtien ».

    L'ambassade canadienne à Port-au-Prince a été fermée temporairement par mesure de sécurité, a annoncé jeudi la diplomatie canadienne.

    Le Canada figure parmi les premiers bailleurs de fonds internationaux de Port-au-Prince et accueille une large diaspora haïtienne, en particulier au Québec.

    Avec des informations de La Presse canadienne et de l'Agence France-Presse

    Politique internationale

    International