•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décontamination pour limiter les risques de cancer chez les pompiers

Quatre pompiers sur une échelle.

Les pompiers de Saguenay lors d'une intervention le 18 septembre 2018 dans l'arrondissement de Chicoutimi.

Photo : Radio-Canada

Claude Bouchard

La Ville de Saguenay a adopté un protocole de décontamination pour limiter l'exposition de ses pompiers aux fines particules de fumée. Après chaque intervention, les équipements sont nettoyés pour réduire le contact avec la suie et les matières toxiques.

La Ville veut ainsi réduire les risques associés aux maladies professionnelles, comme le cancer.

La décontamination, c'est tout simplement une brosse sèche qui va enlever les parties solides. Lorsque les équipements sont très tachés, on va utiliser du savon et de l'eau et on va brosser l'équipement au complet sur les lieux de l'incendie, pour éviter de contaminer le véhicule en caserne, explique le chef de division du Service de sécurité incendie de la Ville de Saguenay, Guy Béland.

Guy Béland a la main sur son cou. Il donne des explications sur le nettoyage du cou des pompiers.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef de division développement organisationnel, Guy Béland, présente la zone du cou qui doit être rapidement nettoyée après chaque intervention des pompiers pour limiter les risques.

Photo : Radio-Canada

La fumée des incendies peut contenir plus de 200 contaminants. On y retrouve entre autres du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone (CO2), des oxydes d'azote et des particules de suie.

La suie a comme caractéristique d'absorber ces aérosols-là, qui ont des produits cancérigènes, qui peuvent venir en contact avec les pompiers,ajoute M. Béland.

En 2016, la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a reconnu sept cancers liés au travail des pompiers.

Si on prend le cas des pompiers de Montréal, l'Association des pompiers de Montréal, il y a beaucoup de cas de cancer qui ont été décelés au cours des dernières années, donc ça sensibilise les gens encore plus, souligne Sylvain Côté, du syndicat des pompiers de la Ville de Saguenay.

Tableau des sept types de cancers reconnus : Rein, vessie, larynx, poumon,myélome multiple, lymphome non hodgkinien et mésothéliome non pulmonaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La CNESST ajoute que tous les cancers peuvent être reconnus à titre de lésion professionnelle si le travailleur fait la preuve du lien entre son travail et le développement de sa maladie.

Photo : Radio-Canada

Les pompiers de Saguenay doivent s’adapter à cette nouvelle réalité.

Le vice-président santé, sécurité au travail et relations de travail de l'Association québécoise des chefs en sécurité incendie explique que la prise de conscience est bien amorcée au Québec.

Des pompiers combattent un incendie sur le toit d'une résidence.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les pompiers de Saguenay doivent suivre un nouveau protocole après un incendie.

Photo : Radio-Canada

Auparavant, on se disait : « On va se protéger de la fumée pour ne pas s'asphyxier ». Maintenant, se protéger contre la fumée c'est pour ne pas se contaminer et développer potentiellement un cancer au cours de notre vie, relate Richard Amnotte.

Saguenay–Lac-St-Jean

Prévention et sécurité