•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peace by Chocolate embauchera 50 réfugiés syriens d’ici 2022

Peace by Chocolate est une chocolaterie fondée en Nouvelle-Écosse. Photo: Radio-Canada / CBC/Emma Davie
La Presse canadienne

La chocolaterie fondée par la famille Hadhad, des réfugiés syriens établis en Nouvelle-Écosse, a charmé de nombreux Canadiens depuis sa fondation en 2016. L'entreprise Peace by Chocolate s'engage à embaucher 50 réfugiés syriens d'ici 2022 et à soutenir l'ouverture d'une dizaine d'entreprises gérées par des réfugiés dans les prochaines années.

La famille Hadhad est devenue célèbre avec la chocolaterie d’Antigonish. Ils ont fui la Syrie déchirée par la guerre en 2012 et ils ont depuis reçu des félicitations du premier ministre Justin Trudeau lors d’une allocation aux Nations Unies.

Le pdg de Peace by Chocolate, Tareq Hadhad, souhaite rendre à son pays d’accueil le fruit de sa réussite.

Les réfugiés viennent ici pour contribuer, ils viennent ici pour rendre à la communauté et en tant que famille qui a tout perdu, nous comprenons comment ils se sentent, stipule M. Hadhad.

Être réfugié n’est pas un choix, ce n’est pas une décision, ce n’est pas un but dans la vie. Ces gens fuient leur maison à cause de la guerre, à cause de la persécution.

Tareq Hadhad
Tareq Hadhad devant les installations de Peace by Chocolate.Tareq Hadhad devant les installations de Peace by Chocolate en septembre 2017. Photo : Radio-Canada / CBC/Emma Davie

Les nouveaux employés occuperont des postes en production, en vente et en gestion tout en encourageant leurs compétences. Plusieurs emplois seront localisés dans les nouvelles succursales prévues à différents endroits au pays.

Le père de la famille Hadhad, Assam, exploitait une chocolaterie à Damas pendant des décennies, mais elle a été détruite par des bombardements en 2012.

Tous ceux qui sont venus ici ont reçu un coup de main et maintenant c’est le tour des Canadiens installés ici d’offrir leur soutien, croit M. Hadhad.

Nouvelle-Écosse

Économie sociale et de partage