•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre le registre des armes à feu à Montréal

Des personnes portant des gilets oranges et des manteaux d'hiver se tiennent debout dans un parc au centre-ville de Montréal.
De nombreux manifestants arboraient leur gilet orange à Montréal pour protester contre le registre québécois des armes à feu. Photo: Radio-Canada / Alexis Gacon
Radio-Canada

Une centaine de personnes se sont réunies samedi matin à la place Jean-Paul-Riopelle, au centre-ville de Montréal, pour manifester contre le registre québécois des armes à feu.

Les manifestants réclament que le gouvernement de François Legault abandonne le registre des armes à feu et investisse plutôt dans des programmes de soins en santé mentale.

Le regroupement Contre le registre, Pour la santé mentale veut « proposer une alternative positive au registre québécois des armes à feu […] inefficace et qui, selon ses membres, fait dévier la problématique sur le mauvais groupe de personnes », selon leur communiqué.

« Le registre des armes à feu stigmatise les chasseurs en les associant directement et injustement aux armes d'épaules que les chasseurs n'utilisent pas à des fins criminelles », selon deux membres du regroupement Pierre Lefebvre et Michel Therrien.

« On conseille au gouvernement d’investir cet argent pour être capable de détecter les gens qui ont des problèmes [et d’offrir] un soutien aux gens qui ont des problèmes psychologiques », explique Réal Langlois, présent lors du rassemblement.

Depuis l’adoption du nouveau registre québécois, les chasseurs et autres propriétaires d’armes à feu ne décolèrent pas.

Au début du mois de janvier, à peine 20 % des armes en circulation au Québec avaient été enregistrées.

Le registre québécois est une réplique à l’abandon de l’équivalent fédéral.

Les propriétaires avaient jusqu’au 29 janvier pour immatriculer leurs armes sans quoi ils sont passibles d’amendes allant de 500 à 5000 $.

Avec les informations d'Alexis Gacon

Politique provinciale

Politique