•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cégep de Sept-îles lance un programme pour la relève immigrante en soins infirmiers

Elle ausculte le dos d'un patient.
Marie-Noëlle Yeo procède à l'examen d'un patient sous la supervision de l'enseignante. Photo: Radio-Canada / Mathieu Boudreault
Radio-Canada

Un nouveau programme pour pallier la rareté de main-d'œuvre dans les centres de santé a été lancé cet hiver sur la Côte-Nord. Il permet à des étudiants étrangers de mettre à niveau leurs diplômes acquis dans leur pays d'origine, tout en travaillant dès leur arrivée.

Ils viennent notamment d'Iran, du Cameroun, de la Tunisie et de la Côte-d'Ivoire. Tous infirmiers ou infirmières dans leur pays d'origine, ils ont choisi le Cégep de Sept-Îles pour conformer leurs connaissances aux méthodes québécoises.

Dans des locaux dernier cri, deux employés encadrent la formation de ces étudiants durant trois ou quatre sessions.

Elle se sert d'un squelette pour illustrer l'endroit en question. L'enseignante explique certaines notions en classe. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Il s'agit d'une solution gagnant-gagnant pour le CISSS de la Côte-Nord, partenaire du projet, et aux prises avec des problèmes de recrutement. Dès leur première session, ces étudiants commencent à travailler comme préposés aux bénéficiaires.

C'est l'idéal parce que les professeurs sont vraiment gentils, vraiment à l'écoute des étudiants et la formation est de mise pour une réussite à l'examen de l'ordre qui fait vraiment peur aux immigrants, indique l'étudiante en soins infirmiers, Marie-Noëlle Yeo, en référence à l'examen d'admission au sein de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec.

Marie-Noëlle Yeo accorde une entrevue à Radio-Canada.Marie-Noëlle Yeo. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Ça nous permet de côtoyer un peu la clientèle, d'être dans le domaine quoi!, s'exclame Marie-Noëlle Yeo.

[Cela permet aussi d'] être à l'hôpital, même si on travaille seulement comme préposé aux bénéficiaires [et de] savoir à quoi s'en tenir quand on va vraiment exercer la profession d'infirmière, ajoute-t-elle.

Nous, les fins de semaine, c'est beaucoup là qu'on a une problématique… Bien sûr, la semaine aussi on a des besoins, mais ça vient combler des problèmes assez criants les fins de semaine.

Suzie Boudreau, agente de gestion de personnel, CISSS de la Côte-Nord
Suzie Boudreau accorde une entrevue à Radio-Canada.Suzie Boudreau, agente de gestion de personnel au CISSS de la Côte-Nord. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Ce programme sur mesure pourrait bien être repris dans d'autres cégeps partout au Québec.

Tous les immigrants que je vois choisissent Montréal comme lieu de résidence. C'est un lieu encombré, saturé, donc la ligne d'attente pour avoir une place d'attente au cégep, c'est terrible.

Najeh Gabi, étudiant en soins infirmiers
Il a son stéthoscope autour du cou.Najeh Gabi, étudiant en soins infirmiers. Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Je ne sais pas pourquoi les gens ne choisissent pas la Côte-Nord.

Najeh Gabi, étudiant en soins infirmiers

Le Cégep de Sept-Îles accueillera une deuxième cohorte au sein de ce programme, toujours sans contingentement, la session prochaine.

D’après le reportage de Jean-Louis Bordeleau

Côte-Nord

Soins et traitements