•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Anichinabés veulent se donner les moyens d'avoir davantage d'autonomie politique

Verna Polson qui pose dans une salle de conférence.
La Grande cheffe Verna Polson. Photo: Radio-Canada / Thomas Deshaies
Thomas Deshaies

Le sommet politique de 11 communautés anichinabées du Québec et de l'Ontario s'est conclu vendredi à Val-d'Or. Le rassemblement avait notamment pour objectif de discuter des manières pour la nation Anichinabé d'obtenir une plus grande autonomie politique.

La Grande cheffe du Conseil tribal de la nation algonquine Anishinabeg, Verna Polson, s'est dite plus que satisfaite de ce premier rassemblement. Pour la construction de la nation, c'est très très important, a-t-elle déclaré. C'est une première étape pour commencer le dialogue, pour commencer à travailler ensemble et je pense qu'on est sur la bonne voie.

Le chef de la communauté de Long Point First Nation Winneway, Steeve Mathias, abonde dans le même sens. On a discuté de la manière dont on peut développer une structure pour atteindre l'autodétermination, affirme-t-il.

Les enjeux reliés à la terre et aux ressources naturelles ont particulièrement fait l'objet de nombreux échanges, selon Verna Polson. Nous parlons toujours de la terre et des ressources, car c'est notre priorité, lance-t-elle. Nous voulons garantir à nos enfants un avenir sécuritaire.

L'événement est qualifié d'historique par les chefs, puisqu'aucun rassemblement de ce type n'aurait eu lieu depuis des années.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones