•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une traduction est finaliste pour le prix du livre français aux Saskatchewan Book Awards

L'homme est assis devant une bibliothèque pleine de livres et s'adresse à un micro de Radio-Canada.
Selon Laurier Gareau, le livre Peau d'ours ne répond tout simplement pas aux critères de la catégorie Prix du livre français. Photo: Radio-Canada
Raluca Tomulescu

Les Éditions de la nouvelle plume dénoncent que le livre Peau d'ours, écrit initialement en anglais par Carol Rose Daniels et traduit en français par Sophie Cardinal-Corriveau, se mérite une nomination dans la catégorie Prix du livre français aux Saskatchewan Book Awards 2019.

Le président des Éditions, Laurier Gareau, explique que le livre ne répond tout simplement pas aux critères de cette catégorie.

Ces critères, disponibles sur le site Web des Saskatchewan Book Awards, stipulent que le prix est décerné tous les deux ans à un auteur qui vit en Saskatchewan, pour un livre en français. Il est également précisé que les traducteurs ne sont pas admissibles.

C’est décevant. Le prix du livre français avait été créé pour honorer les auteurs fransaskois.

Laurier Gareau, président des Éditions de la nouvelle plume

Selon Laurier Gareau, d’autres auteurs fransaskois auraient mérité d’être parmi les finalistes.

Il affirme avoir contacté par courriel la direction des Saskatchewan Book Awards pour lui demander de retirer le livre de la liste des finalistes.

Le Conseil d'administration doit étudier cette demande lors de sa prochaine rencontre, le 20 février, lui a-t-on répondu.

Aucun représentant des Éditions XYZ, responsables de la traduction et situées à Montréal, n’a été en mesure de nous accorder une entrevue vendredi. L’auteure Carol Rose Daniels et la traductrice Sophie Cardinal-Corriveau étaient elles aussi indisponibles.

Laurier Gareau aimerait que les Saskatchewan Book Awards revoient leurs critères d’admissibilité pour la catégorie Prix du livre français avant la prochaine mise en nomination pour s’assurer que cette situation ne se répète pas. Il estime que ces critères manquent de clarté.

« Est-ce qu’on a tout simplement soumis un livre sans indiquer que c’était une traduction de l’anglais? Est-ce que les responsables, aux Saskatchewan Book Awards, ont vraiment pris le temps de lire le formulaire? », se demande-t-il.

Dorénavant, il faudrait s’assurer que c’est clair qu’une traduction, à moins qu’elle ne soit faite par l’auteur lui-même, n’est pas admissible pour le Prix du livre français.

Laurier Gareau, président des Éditions de la nouvelle plume

Traduction mise en valeur

Au téléphone, la directrice des Saskatchewan Book Awards, Courtney Bates-Hardy, a précisé que les finalistes pour le Prix du livre français ont été choisis par un jury francophone indépendant.

Elle a expliqué que le jury a voulu mettre en valeur la traduction française du livre, mais assure que c'est son auteure, Carol Rose Daniels, qui est en nomination.

Courtney Bates-Hardy a indiqué que huit livres ont été soumis pour le Prix du livre français cette année.

Déception parmi les auteurs

Sur Facebook, l’auteure Martine Noël-Maw s’est dite « extrêmement étonnée et déçue » du choix des Saskatchewan Book Awards. Elle espère que les responsables vont reconsidérer la sélection. Son livre Regarde derrière toi! fait partie des finalistes.

De son côté, l'artiste visuelle et auteure Estelle Bonetto, dont le recueil de poésie À fleur d'âge avait été soumis dans la même catégorie sans être retenu, trouve « dommage » qu'une traduction puisse effectivement gagner le Prix du livre français cette année.

Il y a une très forte communauté littéraire en Saskatchewan, et c'est toujours bon d'encourager les auteurs qui écrivent dans leur langue maternelle.

Estelle Bonetto, artiste visuelle et auteure

Le livre gagnant du Prix du livre français des Saskatchewan Book Awards sera annoncé lors d'une cérémonie le 27 avril au Centre d’art Conexus à Regina.

Avec des informations de Pascale Langlois

Saskatchewan

Francophonie