•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un glissement de terrain complique la vie de certains commerçants de l’Okanagan

Une route sur le bord d'un lac, avec des montagnes enneigées.
Depuis lundi, un détour construit par le ministère des Transports de la Colombie-Britannique, permet aux automobilistes de contourner le glissement de terrain qui bloque la route 97 depuis le 2 février. Photo: Ministère des Transports de la Colombie-Britannique
Michaële Perron-Langlais

Des commerçants de la vallée de l'Okanagan ont été touchés par la fermeture d'une partie de la route 97 entre Kelowna et Penticton. La route est bloquée depuis le 2 février en raison d'un glissement de terrain, mais l'ouverture lundi d'un chemin qui contourne l'éboulement permet aux affaires de reprendre leur cours.

Après avoir interrogé ses membres, la Chambre de commerce de Penticton a constaté que de nombreuses entreprises locales ont subi les contrecoups de la fermeture partielle de la route 97.

L’organisation précise qu’en plus d’une diminution de la clientèle, les livraisons ont été perturbées et des commandes ont été annulées.

De plus, certains employés habitant de l'autre côté de l'éboulement n'ont pas pu se rendre au travail. « Un membre a dû trouver du logement temporaire pour 27 employés et une autre entreprise a fermé ses portes un samedi, une journée généralement occupée, à cause du manque de personnel », indique la Chambre de commerce dans un communiqué.

Les effets se sont aussi fait sentir dans la ville voisine, à Summerland. « Ça a été l'une des pires semaines pour notre entreprise », admet Roch Fortin, le propriétaire de Maple Roch, une entreprise de produits de l'érable.

On a eu beaucoup moins de monde dans notre magasin. Puis, en discutant avec d’autres marchands de la région de Summerland, nous nous sommes rendu compte que c’était la même chose pour tous les commerçants de la ville.

Roch Fortin, propriétaire de l'entreprise Maple Roch à Summerland

L’entrepreneur explique qu’en plus de la fermeture partielle de la route 97, la région a connu de grands froids dans les dernières semaines. « La combinaison de ces deux événements a été dure pour les marchands de Summerland », dit-il.

Retour à la normale

Depuis lundi, les automobilistes peuvent emprunter un détour de 900 mètres permettant de contourner le glissement de terrain. Roch Fortin soutient que les affaires ont commencé à reprendre. « On revoit nos clients et on est vraiment contents, affirme-t-il. On revient à la normale. »

On réalise l’importance de l’autoroute 97 pour nous.

Roch Fortin, propriétaire de l'entreprise Maple Roch à Summerland

Le commerçant de Summerland précise qu’il souhaite avant tout que ceux qui empruntent la route 97 soient en sécurité. « On aime bien avoir du monde dans nos commerces, mais on est très conscients que la sécurité des gens, c’est très important », assure-t-il.

La limite de vitesse à respecter pour ceux qui emprunte le détour est de 30 km/h et des délais pouvant aller jusqu'à 45 minutes sont à prévoir à certains moments en raison des explosions effectuées sur le site de l'éboulement.

Aucune date pour la réouverture complète

Vendredi, le ministère des Transports de la Colombie-Britannique n’était toujours pas en mesure d’indiquer quand la portion de la route touchée par le glissement de terrain sera à nouveau accessible.

Les travaux se poursuivent pendant le long week-end de la fête de la famille. « Mardi, nous évaluerons les progrès réalisés et nous espérons pouvoir fournir une estimation pour la réouverture de la route », précise le directeur des opérations routières dans le sud de l’Intérieur, Mike Lorimer.

Jusqu'à maintenant, le ministère des Transports estime que le glissement de terrain lui a coûté 500 000 $.

Colombie-Britannique et Yukon

Transports