•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour contrer la crise humanitaire au Venezuela, l'armée américaine décolle vers la Colombie

Un travailleur s'occupe de cargaisons d'aide humanitaire.
De l'aide humanitaire américaine est déjà stockée dans des entrepôts colombiens, en attendant sa distribution au Venezuela voisin. Photo: Reuters / Edgard Garrido
Agence France-Presse

L'armée américaine va transporter près de 200 tonnes d'aide humanitaire en Colombie pour répondre à la crise qui sévit au Venezuela, a annoncé vendredi un responsable du département de la Défense. S'exprimant sous le couvert de l'anonymat, ce responsable du Pentagone a expliqué que l'aide serait acheminée dans les prochains jours, probablement à bord d'un avion de transport C-17.

Dans un communiqué, le Pentagone a déclaré que les États-Unis « restaient profondément préoccupés par la crise au Venezuela et ses conséquences sur la région ».

Le Venezuela, de plus en plus isolé sur la scène internationale, traverse une grave crise économique, avec une population de plus en plus démunie face aux pénuries de vivres et de médicaments.

Les États-Unis, qui ne reconnaissent plus la légitimité de Nicolas Maduro, ont déjà envoyé plusieurs tonnes de nourriture et de médicaments à la demande de Juan Guaido, chef du Parlement reconnu comme président par intérim par une cinquantaine de pays.

Toute implication du Pentagone dans cette crise est purement circonscrite à la logistique de l'acheminement de l'aide humanitaire, a tenu à préciser le responsable militaire américain.

Les présidents colombien Ivan Duque et américain Donald Trump.Le président colombien Ivan Duque (gauche) a rencontré son homologue américain Donald Trump il y a quelques jours, à la Maison-Blanche. Photo : Reuters / Carlos Barria

La Colombie « déterminée »

Le président colombien Ivan Duque a promis vendredi à l'opposant vénézuélien Juan Guaido, reconnu président par intérim par une cinquantaine de pays, de le soutenir « de manière déterminée » afin que l'aide humanitaire entre au Venezuela.

« Nous sommes avec vous [...]. Nous nous appliquerons à vous soutenir de manière déterminée, afin que l'aide humanitaire arrive au Venezuela », a dit M. Duque au chef du Parlement vénézuélien, lors d'une brève visioconférence diffusée en direct sur le réseau social Instagram.

Le président colombien a promis d'assister au concert humanitaire organisé le 22 février à Cucuta par le milliardaire britannique Richard Branson, ajoutant qu'il y inviterait « d'autres personnalités de la communauté internationale ».

M. Duque, qui s'exprimait depuis New York, a mis à la disposition de M. Guaido « le territoire colombien, la ville de Cucuta et d'autres villes du pays » pour faire en sorte « qu'arrive l'aide humanitaire ». Il a aussi offert son appui « logistique ».

Nicolas Maduro avait qualifié plus tôt vendredi de « miettes » de « nourriture pourrie » l'aide humanitaire envoyée par les États-Unis.

C'est un piège, un attrape-couillon, ils font un show avec la nourriture pourrie et contaminée.

Nicolas Maduro, président du Venezula

Rencontres au sommet à Washington

Par ailleurs, le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, a rencontré récemment à deux reprises à New York le représentant spécial américain pour le Venezuela, Elliott Abrams, a affirmé le président Nicolas Maduro dans une entrevue à l'agence Associated Press diffusée jeudi.

« Avec M. Elliott Abrams, nous avons déjà eu deux réunions à New York », a déclaré M. Maduro. Les rencontres entre Jorge Arreaza et Elliott Abrams ont duré « deux heures la première fois, et trois heures la deuxième fois, il y a quelques jours », a-t-il précisé.

Le dirigeant socialiste s'est dit prêt à rencontrer lui-même Elliott Abrams. « J'ai invité Elliott Abrams au Venezuela. En privé, en public, en secret. Qu'il me dise quand et comment, et j'irai. »

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo n'a pas confirmé la tenue de ces rencontres, mais il a déclaré vendredi que le fait que Nicolas Maduro « ait dit publiquement qu'il voulait dialoguer avec les États-Unis n'était pas nouveau ».

Néanmoins, a-t-il ajouté, cela « démontre qu'il [Nicolas Maduro] est en train de comprendre chaque jour un peu plus que le peuple vénézuélien est en train de rejeter son modèle et que le président par intérim [Juan] Guaido est à la fois le leader constitutionnel de ce pays et qu'il conduira le Venezuela et son peuple vers des élections libres ».

Politique internationale

International