•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe de citoyens réclame Uber et Lyft à Halifax

Halifax : des citoyens réclament Uber et Lyft
Radio-Canada

Un groupe de citoyens d'Halifax réclame que le conseil municipal autorise au plus vite l'implantation des services de transport en réseau comme ceux des compagnies Uber et Lyft.

Ces résidents ont créé un groupe de pression et ont lancé une pétition en ligne pour communiquer aux élus l’intérêt de la population.

Le groupe HRM Ride Hail est né de la frustration de quelques amis, qui ne comprennent pas pourquoi des services comme ceux des compagnies Uber et Lyft ne sont toujours pas disponibles à Halifax.

Le porte-parole du groupe, Stephen Parker, dit que la demande est pourtant forte dans la capitale, surtout que la réputation de l'industrie du taxi d'Halifax a durement souffert à la suite des multiples allégations d'agressions sexuelles sur des clientes depuis quelques années.

Un récent sondage commandé par la Municipalité à la firme Hara Associates donne raison au groupe de M. Parker. L’enquête à laquelle ont répondu plus de 13 000 résidents révèle que 68 % des répondants ne sont pas satisfaits des services de taxi offerts à Halifax, et que 88 % d'entre eux utiliseraient Lyft et Uber.

Parmi les gens qui affirmaient ne pas prendre de taxi, un tiers des répondants disait s'abstenir en raison de craintes pour leur sécurité.

Stephen Parker à Halifax le 15 février 2019.Stephen Parker, du groupe HRM Ride Hail. Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Alors qu’une réforme du service de taxi d’Halifax est en chantier, les élus municipaux ont demandé mardi à l’administration de produire un rapport sur les services de transport en réseau.

Stephen Parker estime qu’il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Mais il affirme que les conseillers municipaux doivent mettre fin à leurs tergiversations.

Son groupe compte maintenir la pression et veut voir ces services à Halifax d’ici le 1er juillet.

Cette échéance est impossible à respecter, affirme cependant le conseiller municipal de Dartmouth Centre, Sam Austin. Celui-ci croit que la Municipalité a choisi la bonne approche dans ce dossier, soit de ne pas précipiter les choses.

D'après les informations de Marc Babin et Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Transports