•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scott Moe et Andrew Scheer à un rassemblement en faveur du pipeline Énergie Est

Le reportage de Raluca Tomulescu
Radio-Canada

Rassemblés à Moosomin en Saskatchewan, des politiciens en appellent au gouvernement fédéral et au Québec pour soutenir le développement des pipelines.

« Nous envoyons un message au nom de tous les Canadiens pour le bien de notre avenir », a déclaré le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, au rassemblement auquel il participe avec le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs, le chef du Parti conservateur fédéral Andrew Scheer et la sénatrice Denise Batters. « Nous avons besoin du soutien du gouvernement fédéral pour développer notre industrie de l’énergie. »

Depuis le début de l’année, ce rassemblement sera le deuxième auquel participe officiellement Scott Moe pour soutenir l’industrie pétrolière.

En janvier, il avait pris la parole à un rassemblement propipeline à Regina, durant lequel il s'est engagé à faire entendre les demandes de cette industrie.

De son côté, Blaine Higgs a rappelé que sa province « a besoin de plus de pétrole canadien ».

« Les seuls qui ne semblent pas comprendre le message, c’est le gouvernement fédéral », a-t-il ajouté.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a profité de l’occasion pour lancer une invitation à son homologue québécois : « En nous unissant une province à la fois, nous réussirons à convaincre les gens. Québec, on a besoin de votre aide. Nous avons besoin que vous fassiez partie de la solution. »

Rappelant que son parti abolira la taxe carbone s’il est élu en octobre prochain, Andrew Scheer s’est posé en promoteur par excellence de l’industrie pétrolière : « Contrairement à Justin Trudeau, je vais voyager à travers le monde pour promouvoir notre industrie pétrolière », a dit le chef du Parti conservateur.

Vendredi, à Saskatoon, Andrew Scheer a parlé de la nécessité de limiter le transport par train du pétrole et du gaz, et déclaré que la construction de pipelines était la meilleure façon, et la plus respectueuse de l’environnement, de transporter ces produits.

« Nous n’avons pas besoin d’un gouvernement qui achète des pipelines et qui ensuite ne projette pas d’en construire d’autres, a-t-il dit. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un gouvernement qui planifie la construction de pipelines par le secteur privé, en garantissant un processus d’approbation des projets qui leur donne la certitude et la clarté nécessaires. Et c’est ce que mon plan fera », a-t-il ajouté.

Andrew Scheer a ajouté samedi que « le gouvernement ne devrait pas avoir à construire des oléoducs. C’est l’industrie qui devrait s’en charger. On a acheté Trans Mountain et on a appris qu’on a trop payé pour celui-ci. Il (Justin Trudeau) a probablement acheté la garantie prolongée aussi ».

Le rassemblement, organisé par le comité de développement économique de la Ville de Moosomin dans l’usine de l’entreprise IJACK Technologies, veut également mettre en évidence les défis auxquels font face d’autres secteurs industriels de la région, tels que la potasse et l’agriculture, en raison de la quantité de pétrole transportée par train plutôt que par pipeline.

Énergie Est n'est pas mort

Située à la frontière du Manitoba, Moosomin aurait joué un rôle important dans l’ancien projet de pipeline Énergie Est, comme le rappelle la Ville, qui participe à l'organisation du rassemblement.

Faisant face à une forte opposition, la pétrolière albertaine TransCanada a annoncé, en décembre 2017, qu'elle abandonnait le projet.

Ce projet prévoyait la construction à Moosomin d'un site de réservoirs ayant une capacité totale d'un peu plus de 1 million de barils ainsi que d'une canalisation entre Cromer, au Manitoba, et Moosomin.

Carte du tracé projeté de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada.Carte du tracé projeté de l'oléoduc Énergie Est de TransCanada. Photo : TransCanada

La Ville de Moosomin souhaite relancer le débat national entourant le projet Énergie Est.

Elle n'est pas la seule. En septembre, le chef de l'opposition à Ottawa, Andrew Scheer, a demandé au gouvernement fédéral de relancer les discussions avec TransCanada au sujet de ce projet. Il a reproché au Parti libéral au pouvoir de ne pas en faire assez pour soutenir l’industrie pétrolière de l’Ouest.

Depuis son entrée en fonction, en décembre dernier, Blaine Higgs mène lui aussi une campagne pour tenter de relancer ce projet.

Il indique que le projet a maintenant l’appui de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario.

Il doit toutefois composer avec l’opposition du Québec. En décembre, le premier ministre québécois, François Legault, a rejeté l’appel en faveur du projet, faute d’acceptabilité sociale dans la province.

Industrie pétrolière

Politique