•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’accord Canada-Manitoba sur les services en français est renouvelé, sans modification

Une femme au micro. Derrière elle le drapeau franco-manitobain ainsi que celui du Canada.
La ministre de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly, estime que le fédéral doit davantage investir dans les entités communautaires plutôt que dans les provinces. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le Manitoba et le gouvernement fédéral ont annoncé vendredi le renouvellement des termes de l'accord Canada-Manitoba sur les services en français. Malgré le souhait de la province de voir une revalorisation de l'investissement, le statu quo sera maintenu.

Pour la ministre responsable des Affaires francophones du Manitoba, Rochelle Squires, 1,4 million de dollars par année sur cinq ans, c'est mieux que rien.

« Nous avons demandé au gouvernement fédéral d’augmenter son financement, mais sans succès. Alors nous avons choisi d’accepter le statu quo », explique-t-elle.

La ministre précise que la province dépense pourtant plus que cette somme chaque année pour répondre aux besoins des francophones.

« Cet accord se concentre sur l’accès aux services gouvernementaux en français, la santé, les services sociaux, le développement de l’enfance, la culture, le développement économique, le tourisme, l’accès à la justice et l’immigration francophone », énumère-t-elle.

Pour la ministre de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly, la décision du gouvernement fédéral accompagne un changement dans les objectifs d’aide à la francophonie.

« La priorité du Plan d’action sur les langues officielles n'est pas les provinces, mais les communautés et les gens qui vivent au sein de ces communautés », soutient-elle.

Elle ajoute que, grâce au Plan d’action pour les langues officielles 2019-2023, le gouvernement fédéral investira 2,7 milliards de dollars sur cinq ans, dont « la très grande majorité va aux différentes organisations sur le terrain ».

Les fonds de l’accord Canada-Manitoba sur les services en français n’ont pas été augmentés depuis 10 ans.

Avec des informations de Camille Gris-Roy

Manitoba

Francophonie