•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les CPE de l’Estrie inquiétés par la maternelle 4 ans

Des enfants s'amusent avec des jouets en mousse.
Des enfants jouent avec des casse-têtes en mousse. Photo: iStock
Radio-Canada

Les centres de la petite enfance (CPE) sont de meilleures options que les maternelles 4 ans. C'est ce que martèlent de nombreux acteurs estriens, du milieu politique et scolaire, au lendemain de l'annonce du gouvernement Legault.

Depuis de nombreuses années, les éducatrices en CPE font des représentations auprès du gouvernement afin que celui-ci reconnaisse leur expertise avec les enfants de 0 à 5 ans. Stéphanie Vachon, présidente du Syndicat des travailleuses en CPE de l’Estrie (CSN), estime que le gouvernement fait la sourde oreille. Tout le milieu s’entend pour dire que ce n’est pas la meilleure solution de donner la maternelle 4 ans à tout le monde.

Stéphanie Vachon souligne que la modulation des tarifs a fait mal au réseau des CPE. La maternelle 4 ans pourrait causer une concurrence déloyale, selon elle.

On pense surtout à l'enfant là-dedans. Nous, on est capable de faire le dépistage précoce, c'est l'objectif du gouvernement Legault [...] L'enfant on le voit dès la pouponnière.

Stéphanie Vachon, présidente du Syndicat des travailleuses en CPE de l’Estrie (CSN)
Stéphanie Vachon en entrevueStéphanie Vachon, présidente du Syndicat des travailleuses en CPE de l’Estrie (CSN) Photo : Radio-Canada

La députée de Sherbrooke, Christine Labrie, soutient que « réalistement, ce n’est pas possible » et que « ce n’est pas souhaitable non plus » de mettre en place la maternelle 4 ans pour tous les enfants de la province. La députée souhaiterait plutôt que le gouvernement mise sur le réseau des CPE.

Pour sa part, le président de la Commission scolaire des Chênes (CSDC) de Drummondville, Jean-François Houle, croit que la maternelle 4 ans peut être un bon projet, mais il le croit irréaliste à court terme.

Le projet demanderait beaucoup d’investissements en infrastructures [...] et une augmentation substantielle des budgets au niveau des masses salariales pour y arriver. Dans cette région, la CSDC estime qu’il faudrait créer au-delà de 70 nouveaux locaux ce qui entraînerait des investissements de 50 millions de dollars.

Estrie

Politique provinciale