•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Burnaby-Sud, là où Jagmeet Singh joue son avenir

Le reportage de Louis Blouin
Louis Blouin

L’heure de vérité approche en ce qui concerne le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD). Pour Jagmeet Singh, c’est le moment ou jamais de faire son entrée au Parlement canadien. Dans une semaine, son sort sera entre les mains des électeurs de Burnaby-Sud, en Colombie-Britannique. Aura-t-il réussi à gagner leur confiance?

Le chef du NPD fait campagne à temps plein dans cette banlieue située à l’est de Vancouver. Il n’a pas le luxe de s’absenter de la circonscription.

Je sens la pression, parce que c’est tellement important que les gens aient une voix forte, néo-démocrate, pour lutter pour eux.

Jagmeet Singh, chef du NPD

Bien plus qu’un siège, c’est aussi sa légitimité comme chef qui est en jeu. Plusieurs membres de son caucus ont affirmé sous le couvert de l’anonymat qu’il devra quitter son poste s’il perd cette élection partielle.

Que fera-t-il en cas d'échec? Sa réponse est toujours la même : « On va gagner parce qu'on a travaillé très fort ». La défaite, Jagmeet Singh ne peut pas se permettre de l’envisager.

Burnaby, la multiculturelle

Jagmeet Singh prend la pose avec une électrice de la circonscription de Burnaby-Sud.Jagmeet Singh fait campagne dans un marché de Burnaby en vue de l'élection partielle du 25 février. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Dans un marché asiatique, le chef arpente les allées. Un endroit qui rappelle que l’on se trouve dans l’une des circonscriptions les plus diversifiées du pays.

Jagmeet Singh a fait ses devoirs. En quelques minutes, il a salué des électeurs dans cinq langues différentes, dont le mandarin et le cantonais.

Population de Burnaby-Sud

  • Personnes nées à l’extérieur du Canada : 53,6 %
  • Personnes d’origine chinoise : 38,6 %


Source : Recensement de 2016 (Statistique Canada)

Après avoir parcouru Burnaby-Sud pendant des mois, M. Singh assure avoir compris les préoccupations qu'expriment les membres de la circonscription. « Chacun parle des problèmes de logement », souligne-t-il. L’accès à la propriété est difficile. Le prix de vente moyen d’une résidence avoisine les 800 000 $ à Burnaby.

Un enjeu qui résonne auprès des électeurs, comme Alex Yu. « Les choses ne font qu’empirer », lâche-t-il. « J’en ressens les effets, tout comme mes amis qui cherchent une maison. Il faut absolument trouver une solution », ajoute-t-il avec inquiétude.

M. Yu fonde ses espoirs sur Jagmeet Singh et promet de l’appuyer le jour du vote. Le chef néo-démocrate a promis de faire bâtir 500 000 unités d’habitation au Canada et de faciliter l’accès au logement pour les familles à faible revenu.

Un autre enjeu déterminant : l’expansion du pipeline Trans Mountain qui doit justement traverser la circonscription. Un jeune entrepreneur, Jim Lee, est en désaccord avec le projet et la décision du gouvernement libéral de se porter acquéreur de l’oléoduc.

« Nous dépendons beaucoup du pétrole », déplore-t-il, avant d’ajouter que le Canada devrait se tourner vers d’autres formes d’énergie. Ce résident croit que Trans Mountain pourrait faire pencher la balance lors de l’élection partielle. « Ce sera déterminant dans la décision de beaucoup de gens », prédit-il.

Le leader néo-démocrate a pris position contre le projet, ce qui pourrait jouer en sa faveur.

Un adversaire local

Justin Trudeau fait campagne dans un café de Burnaby en compagnie de son candidat Richard T. Lee. Justin Trudeau fait campagne dans un café de Burnaby en compagnie de son candidat RIchard T. Lee. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

Avant de promouvoir ses positions, Jagmeet Singh doit toujours se faire connaître, même s’il est chef de son parti depuis plus d’un an.

David Lin habite Burnaby depuis 24 ans. Sans hésiter, il déclare que Jagmeet Singh n’aura pas son vote. « Non, parce qu’il est nouveau pour moi », dit-il.

À Burnaby, le chef du NPD est un nouveau venu. Ce qui semble être sa plus grande faiblesse est peut-être la plus grande force de son principal adversaire.

Une résidente vient d’ouvrir la porte de sa maison et reconnaît Richard T. Lee, le candidat libéral. Son visage est familier. Il a représenté le nord de Burnaby pendant 16 ans sur la scène provinciale.

Les gens appuieront quelqu'un qui travaille dans la communauté depuis longtemps et qui a élevé sa famille ici.

Richard T. Lee, candidat libéral dans Burnaby-Sud

Katrina Berry, une jeune militante libérale, croit que sur cet aspect, Jagmeet Singh est désavantagé. « Comme il vient de l'Ontario, c'est un peu difficile de dire qu'il comprend tout le portrait de la circonscription en seulement quelques mois », affirme l’étudiante.

Richard T. Lee fait campagne sur la protection de l’environnement, la stratégie nationale du logement des libéraux, la création d’emploi et le bilan de son gouvernement. « L’économie va tellement bien, le taux de chômage est à son plus bas en 40 ans », fait-il remarquer.

M. Lee doit cependant faire oublier un début de campagne difficile dans le camp libéral. Il a remplacé au pied levé la candidate libérale Karen Wang, écartée pour ses propos controversés sur l'origine ethnique de Jagmeet Singh.

Jagmeet Singh dans son local de campagne lors d'une conférence de presse. Jagmeet Singh dans son local de campagne de Burnaby-Sud. Photo : Radio-Canada / Louis Blouin

La course pourrait se révéler serrée entre le NPD et le Parti libéral. En 2015, le néo-démocrate Kennedy Stewart a remporté le siège avec une mince avance de 500 voix.

Toutefois, le NPD dispose d’une longue tradition dans la circonscription. C’est là que Tommy Douglas, le fondateur du parti, avait été élu pour la première fois comme député fédéral en 1962.

Résultats à l’élection de 2015

  • Kennedy Stewart (NPD) : 35,1 %
  • Adam Pankratz (PLC) : 33,9 %
  • Grace Seear (PCC) : 27,1 %
  • Wyatt Tessari (PV) : 2,8 %

Source : Élections Canada

Politique fédérale

Politique