•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépendance aux opioïdes : 85 % des sondés favorables à une obligation de soins

Pied dans un couloir et une personne floue au loin
L'obligation de soins pour dépendance aux drogues existe déjà dans plusieurs pays. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

L'institut de sondage Angus Reid indique qu'une grande majorité des Canadiens qu'il a interrogés approuvent l'idée d'obliger une personne dépendante aux drogues les plus dures à suivre un traitement.

À la question Quelle est votre opinion sur les programmes de traitement obligatoire de la dépendance aux opioïdes?, 85 % des personnes sondées ont répondu qu’elles y étaient favorables. Sur le spectre des sensibilités politiques, les personnes qui se disent proches du Parti libéral du Canada sont légèrement plus favorables à cette idée que les sympathisants du Parti conservateur.

Le traitement obligatoire de la dépendance consiste en une thérapie du comportement imposée généralement après une condamnation, selon une étude réalisée conjointement par des chercheurs américains et canadiens, cités dans la méthodologie du sondage. Ces chercheurs indiquent que l’Australie et plusieurs pays d’Asie du sud-est et d’Amérique latine ont recours à l’obligation de soins contre la dépendance aux drogues, mais que l’efficacité de ces politiques reste à prouver.

Méthodologie

L’Institut Angus Reid a mené un sondage en ligne du 1er au 6 février 2019 auprès de 1723 Canadiens adultes membres du forum Angus Reid. Il est impossible de calculer une marge d'erreur sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci.

Les personnes sondées par l’Institut Angus Reid sont divisées au sujet d’autres solutions à la crise des opioïdes au Canada. Ainsi, deux tiers des personnes interrogées soutiennent l’établissement de centres d’injection supervisée tels qu’il en existe à Vancouver et à Montréal. En revanche, un peu plus de la moitié des sondés (51 %) sont opposés à la décriminalisation de l'ensemble des drogues.

Près d'une personne interrogée sur cinq (17 %) affirme avoir un proche ou un ami qui souffre de dépendance aux opioïdes. La même proportion des participants au sondage considère que les surdoses dues aux opioïdes représentent une crise au pays.

Colombie-Britannique et Yukon

Crise des opioïdes