•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux écoles secondaires confinées à la suite de menaces

Bâtiement du quartier général du Service de police de la Ville de Longueuil
Le Service de police de l'agglomération de Longueuil a arrêté une des personnes qui a proféré des menaces. Photo: Radio-Canada / Charles Contant
La Presse canadienne

Deux écoles secondaires anglophones du Québec ont été placées en confinement vendredi, mais rien n'indique que les incidents seraient liés, selon les policiers.

L'école secondaire Heritage Regional de Longueuil a été confinée pendant un peu plus d'une heure en raison de menaces proférées sur les réseaux sociaux.

Le Service de police de l'agglomération de Longueuil (SPAL) a procédé à l'arrestation de l'auteur présumé de ces menaces en début d'après-midi, dans la région de l'Estrie.

Pendant que les enquêteurs cherchaient toujours à le localiser, l'école a été le théâtre d'un important déploiement policier, « proportionnel » à la gravité des menaces, a souligné l'agent Ghyslain Vallières.

Quelque 1800 personnes, élèves et employés confondus, ont été retenues à l’intérieur.

Dans un communiqué, la Commission scolaire Riverside a précisé que les menaces avaient été publiées sur la page Facebook de la cohorte de finissants de 2011. Les propos ne ciblaient donc pas directement l'école ou ses élèves actuels, a-t-on ajouté.

Les cours devaient reprendre en après-midi.

Le second établissement visé par des menaces était Quebec High School, dans la région de la Capitale-Nationale.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a été alerté aux alentours de 10 h et a rapidement procédé à la mise en place d'un périmètre de sécurité autour de l'école secondaire.

La porte-parole Mélanie Jobin explique que les enquêteurs ont interrogé plusieurs élèves avant de procéder à l'arrestation de l'un d'eux pour menaces de mort.

Le confinement, qui touchait environ 350 personnes, a été levé après un peu plus de deux heures, précise-t-on.

Justice et faits divers