•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avez-vous vu? Nouvelle maman à 68 ans et un matériau plus léger qu’une fleur

Alain Labelle

Une femelle albatros a mis au monde un bébé à l'âge vénérable de 68 ans, et un nouveau matériau isolant ultra léger est mis au point. Voici quelques nouvelles que vous auriez pu manquer cette semaine.

1. Fido, ennemi de la faune

Un chien domestique et un coyote s'observent.Un chien domestique et un coyote s'observent. Photo : iStock

On savait que les chats domestiques errants tuaient chaque année aux États-Unis des milliards d'oiseaux et de mammifères sauvages. Une étude chilienne montre que les chiens errants représentent aussi une véritable menace pour les animaux sauvages.

Le biologiste Eduardo Silva-Rodriguez et ses collègues de l’Université australe du Chili affirment que le chien est le troisième prédateur en importance introduit par l’humain, après le chat et le rat.

Ils sont de véritables prédateurs et tuent des animaux sauvages, perturbent leurs écosystèmes et leur transmettent des maladies. Sans compter qu’ils peuvent leur faire concurrence quant à leurs proies.

Ainsi, le meilleur ami de l’homme aurait contribué à l'extinction de près d'une douzaine d'espèces animales, et en menace actuellement près de 200, dont certaines sont très près de disparaître.

Selon M. Silva-Rodriguez, il est urgent de s’attaquer au problème. On estime actuellement à un milliard le nombre de chiens domestiques dans le monde, dont des millions seraient errants et vivraient en liberté.


2. Ultraléger et résistant

Cet aérogel poreux peut se tenir sur le pistil d'une fleur.Cet aérogel poreux peut se tenir sur le pistil d'une fleur. Photo : Université de la Pennsylvanie

Des ingénieurs américains ont mis au point un nouveau matériau isolant extrêmement durable qui ne pèse pratiquement rien et qui résiste à la chaleur extrême.

Cet aérogel poreux à base de nitrure de bore hexagonal, un composé chimique analogue au graphite, est constitué d'au moins 99 % d'espace libre.

Il est notoirement difficile de fabriquer des matériaux qui ne sont pas seulement légers, mais qui peuvent aussi être très résistants à la chaleur.

Celui-ci peut résister à des changements de température rapides de plus de 1000 degrés Celsius. Éventuellement, il pourrait être utilisé dans la création des vaisseaux spatiaux qui doivent affronter des variations de température extrêmes.


3. Le mélange d’alcool ne serait pas responsable de la gueule de bois

Un homme se tient la tête dans son lit. Des signes subjectifs de l’intoxication ont aussi été confirmés comme des indicateurs précis de la gravité d'une intoxication. Photo : iStock

La croyance populaire veut que la gueule de bois attende ceux qui mélangent la bière et le vin ou qui consomment l’un avant l’autre.

Les travaux de chercheurs britanniques montrent plutôt que l’ordre de la consommation d’alcool n’a pas vraiment d’effet sur votre état le lendemain. La responsable est plutôt la quantité d’alcool que vous consommez lors d’une soirée bien arrosée.

Dans des conditions de laboratoire contrôlées, des chercheurs de l'Université de Cambridge ont demandé à 90 volontaires de 19 à 40 ans de boire de la bière et du vin afin de déterminer une fois pour toutes si la gueule de bois était aggravée par l'ordre dans lequel les boissons sont ingérées.

Les participants ont reçu un repas standardisé adapté à leurs besoins énergétiques individuels, puis ils ont été répartis en trois groupes. Le premier a bu environ deux pintes et demie de bière blonde, suivie de quatre grands verres de vin blanc. Le deuxième groupe a consommé les mêmes boissons, mais dans l'ordre inverse. Le troisième groupe ne buvait que de la bière ou du vin.

Les chercheurs mesuraient le taux d'alcool dans leur haleine et les buveurs arrêtaient de boire lorsqu’ils avaient le même taux d'alcool dans leur système.

Avant de se coucher, chacun a reçu un verre d'eau, dont la taille dépendait de son poids corporel. Après une nuit sous surveillance médicale, on a demandé aux participants d’attribuer une cote à leurs états respectifs en fonction de facteurs comme les maux de tête, les étourdissements, les nausées et les maux de ventre.

L’exercice a été répété une semaine plus tard, mais les participants devaient changer l’ordre de leur consommation.

Les résultats montrent que l'ordre dans lequel les boissons étaient consommées n'avait aucun impact sur l'intensité de la gueule de bois.

De plus, les signes subjectifs de l’intoxication progressive ont été confirmés comme des indicateurs précis de la gravité d'une cuite. Donc, si vous vous sentez saoul au coucher, vous risquez fort d'avoir un réveil difficile.


4. Un robot qui s’oriente sans GPS

Un robot qui s’oriente sans GPS.

Des ingénieurs français ont mis au point un premier robot à pattes capable de se déplacer sans GPS. AntBot peut ainsi partir à l’aventure et revenir à son point de départ seul. Pour y arriver, il a recours à une boussole céleste sensible à la lumière polarisée du ciel.

AntBot est équipé d'un compas optique qui lui permet de déterminer son cap grâce à la lumière polarisée. Il est aussi muni d'un capteur de défilement optique dirigé vers le sol qui mesure la distance parcourue.

Le robot de 2,3 kg est capable de revenir à sa base, avec une précision d’un centimètre après avoir parcouru une distance totale de 14 mètres.

Ses six pattes lui assurent également une plus grande mobilité. Il peut ainsi se déplacer dans des environnements où le déploiement de robots à roues et de drones est impossible.


5. Le plus vieil oiseau sauvage connu est nouvellement maman!

Une maman albatros et son petit.La mère et son petit. Photo : USFWS/Bob Peyton

À 68 ans, la femelle albatros surnommée Wisdom est le plus vieil oiseau sauvage connu du monde. Wisdom a été baguée pour la première fois en 1956, et son âge était estimé à l’époque à 6 ans.

Depuis au moins 2006, elle revient chaque année, avec son compagnon Akeakamai, au même site de nidification dans la Réserve nationale de faune de Midway Atoll, près d'Hawaï, pour y pondre un œuf et faire éclore un poussin.

Les biologistes qui suivent cette colonie d’albatros de Laysan ont eu la surprise de la voir revenir encore cette année pour mettre au monde un nouvel oisillon. Elle en aurait élevé de 31 à 36 au cours de sa vie.

Il faut savoir que la vie d’un albatros dure habituellement environ 50 ans.

En 2017, le poussin qu'elle avait élevé en 2001 a été observé à quelques mètres seulement de son nid actuel. C’était la première fois que les scientifiques observaient le retour d’un des oisillons qu’elle avait élevés.


6. Les 7 règles morales universelles

Un père traîne sa femme et sa fille dans un traîneau.La loyauté à la famille est l'une des sept valeurs universelles. Photo : iStock

Des anthropologues britanniques de l’Université Oxford ont dressé une liste de sept règles morales partagées par toutes les sociétés humaines.

Ces règles morales se résument à la loyauté à la famille et à son groupe d’appartenance, à la bravoure, au respect, à la division équitable des ressources, à l’honnêteté et au respect des droits de propriété.

Leur recherche est basée sur l’analyse de plus de 60 sociétés humaines. De précédentes études avaient permis d’établir l’importance sociétale de certaines de ces règles, mais aucune n'avait un large échantillon représentatif.

« La morale est partout un phénomène coopératif », explique Oliver Scott Curry, l’un des auteurs de l’étude qui ajoute qu’« apprécier ce fait fondamental de la nature humaine aide à promouvoir la compréhension mutuelle entre les peuples de cultures différentes, et ainsi contribuer à rendre le monde meilleur ».


7. Un dragon dans Orion

Le dragon de la nébuleuse d'Orion.Le dragon de la nébuleuse d'Orion. Photo : NASA/SOFIA

La nébuleuse d’Orion est un nuage de gaz qui brille au cœur de la constellation du même nom située à 1300 années-lumière de la Terre. Elle est visible à l'œil nu depuis l'hémisphère nord, la nuit et en l'absence de pollution lumineuse.

Depuis la nuit des temps, les humains regardent le ciel étoilé à la recherche de symboles d’animaux ou de dieux.

Grâce à une récente mise à jour de l’un des instruments de l’observatoire SOFIA de la NASA, des scientifiques ont repéré un nouvel objet céleste au centre de la nébuleuse : le dragon d'Orion se cache dans les nuages de la nébuleuse.

Représentation artistique du dragon observé dans la nébuleuse d'Orion.Agrandir l’imageReprésentation artistique du dragon observé dans la nébuleuse d'Orion. Photo : NASA/SOFIA/Abigail Malate

Son organisation et sa forme contiennent de l'information sur les processus menant à la formation des étoiles. Le corps bleu du dragon représente une zone où les spectres lumineux sont les plus brillants. Son ventre est formé par un gaz à expulser à grande vitesse d’une étoile.


Science