•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec blâmée pour des infractions à la Loi sur la qualité de l'environnement

Le ministre de l'Environnement Benoit Charette sévit contre Hydro-Québec à propos de son intervention à Saint-Adolphe-d'Howard

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le ministre de l'Environnement du Québec, Benoit Charette, ordonne à la société d'État de prendre les mesures nécessaires pour réparer des dégâts causés le long du chantier de la ligne à haute tension qui passe par Saint-Adolphe-d'Howard, dans les Laurentides.

Le ministère de l’Environnement indique que plusieurs inspections effectuées depuis le début de ces travaux démontrent le non-respect par Hydro-Québec des dispositions de l’autorisation qui lui a été délivrée en 2017.

Le ministre Benoit Charette a précisé en point de presse que des rejets de sédiments et le détournement d'un cours d'eau sans autorisation sont au nombre des 14 constats d'infraction qu'Hydro-Québec et deux entrepreneurs ont reçus pour avoir enfreint la Loi sur la qualité de l'environnement sur le chantier de la ligne de transport électrique entre le poste du Grand-Brûlé, à Mont-Tremblant, et la municipalité de Saint-Sauveur, dans les Laurentides.

Cette ordonnance vient encadrer de façon formelle les correctifs à apporter pour protéger l’environnement et nous permet de nous assurer également qu’Hydro-Québec effectuera une remise en état des milieux naturels qui pourraient être affectés par son chantier.

Le ministre de l'Environnement, Benoit Charette

Durant les trois prochaines années, la société d'État devra remettre des rapports de suivi sur la végétalisation des milieux humides et hydriques sur les lieux du chantier.

Il a ajouté qu'il compte sur la collaboration d'Hydro-Québec dans ce dossier.

Le porte-parole de la société d'État, Maxence Huard-Lefebvre, a pour sa part réagi en affirmant qu'Hydro-Québec partage la volonté du ministre de protéger l’environnement.

« [C'est] depuis les premiers épisodes de sédimentation, en juillet, qu’on est sur le terrain, dit-il. On travaille très, très fort. On a acheté à peu près toutes les toiles géotextiles disponibles dans les Laurentides pour faire des barrières à sédiment pour éviter justement les écoulements d’eau qui entraînent les sédiments dans les lacs. C'est un problème qu’on a pris très au sérieux dès le départ. »

Politique provinciale

Environnement