•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise d'insalubrité : la Première Nation de Cat Lake implore l'Ontario d'agir

Deux femmes assises l'une à côté de l'autre

Des représentantes de la Première Nation de Cat Lake ont tenu un point de presse vendredi à Queen's Park pour exiger l'intervention de la province dans la résolution de la crise d'insalubrité qui sévit dans la communauté autochtone.

Photo : La Presse canadienne / COLE BURSTON

Radio-Canada

Une délégation de la Première Nation de Cat Lake, dans le Nord-Ouest de l'Ontario, invite le premier ministre Doug Ford à se rendre au territoire de la communauté pour constater de lui-même l'état avancé de délabrement dans lequel se trouvent la plupart des maisons d'habitation.

Au cours d’un point de presse tenu à Queen’s Park, la chef adjointe de Première Nation, Abigail Wesley, qui a décrété l’état d’urgence le 16 janvier, a tenu à livrer le message de sa communauté au premier ministre ontarien.

Monsieur Ford, venez à Cat Lake, venez nous rencontrer, venez voir de vous-même la situation!, a dit Mme Wesley.

Elle estime que l’Ontario, en tant que signataire du traité numéro 9, qui englobe le territoire de Cat Lake, se doit d’intervenir pour résoudre la crise d’insalubrité.

Si l’Ontario retire de grosses sommes d’argent du territoire du traité numéro 9, où se trouve l’Ontario pendant l’état d’urgence?

Abigail Wesley, chef adjointe de la Première Nation de Cat Lake

Mme Wesley réclame du gouvernement provincial l’octroi de logements d’urgence temporaires.

Une femme qui porte des lunettes

Abigail Wesley est la chef adjointe de la Première Nation de Cat Lake, dans le Nord-Ouest de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / COLE BURSTON

Vendredi avant-midi, le ministre des Affaires autochtones de l’Ontario, Greg Rickford, a indiqué que son ministère évaluait la possibilité d’accorder [à la Première Nation de Cat Lake] de l’aide immédiate et probablement temporaire pour le logement.

Je compte répondre au chef [de la Première Nation de Cat Lake] à ce sujet très prochainement, a-t-il affirmé.

Le gouvernement fédéral « ignore » la crise

Selon Mme Wesley, la communauté autochtone fait aussi appel à la province parce que le gouvernement fédéral fait la sourde oreille.

Le gouvernement du Canada ne reconnaît pas le problème de moisissures dans le Nord et ne pose pas de geste pour le résoudre, spécialement à Cat Lake, a déclaré la leader autochtone.

Le gouvernement fédéral continue d’ignorer [les problèmes de santé liés aux moisissures] et de demander davantage de documentation, de preuves et d’études. Nous ne pouvons plus attendre.

Abigail Wesley, chef adjointe de la Première Nation de Cat Lake

Selon le conseil de la Première Nation, au moins les trois quarts de la centaine de maisons que compte la communauté doivent être détruites et remplacées. Les moisissures sont responsables de nombreux cas de maladies bactériennes et d’infections pulmonaires.

Le ministre des Services aux Autochtones, Seamus O'Regan, indique par voie de communiqué qu'une rencontre technique a eu lieu jeudi à Cat Lake afin de poursuivre les discussions et le travail requis. Il souligne que l'une des grandes priorités établies est l'entretien de la route de glace menant vers Cat Lake par les sous-traitants de la Première Nation pour permettre d'acheminer l'aide matérielle à la communauté.

Nous partageons les mêmes objectifs, qui sont de s'assurer de répondre aux besoins sanitaires et de logement pour le bien-être de la population de Cat Lake, écrit le ministre O'Regan.

La conseillère de la Première Nation de Cat Lake, Joyce Cook, qui était aussi présente au point de presse, dit être déçue de l'issue de la rencontre jeudi. La délégation du gouvernement fédéral ne se serait pas montrée très favorable, selon elle, aux suggestions des leaders de Cat Lake.

Quand est-ce que le gouvernement fédéral aidera les gens?, a-t-elle demandé.

Nous sommes les premiers peuples de ce pays. Quand serons-nous reconnus?

Joyce Cook, conseillère de la Première Nation de Cat Lake

Mettre fin au « ping-pong juridictionnel »

Le 22 janvier, le ministre des Affaires autochtones de l'Ontario avait envoyé une lettre à ses homologues Carolyn Bennett et Seamus O'Regan du gouvernement fédéral, dénonçant notamment les programmes et services maigres, inefficaces et fragmentés offerts aux Premières Nations dans le domaine du logement.

Le gouvernement fédéral doit remplir ses responsabilités fiduciaire et constitutionnelle envers les Premières Nations.

Extrait de la lettre du ministre des Affaires autochtones de l'Ontario, Greg Rickford

Selon le député néo-démocrate de la circonscription de Kiiwetinoong dont fait partie Cat Lake, Sol Mamakwa, cette approche ne donne aucun résultat. Il qualifie d'ailleurs cette approche de ping-pong juridictionnel, et demande la fin de ses relances entre les paliers de gouvernement.

Nos membres tombent toujours dans un trou noir juridictionnel. Nous faisons partie de l'Ontario et du Canada. Nous devons en finir avec cette ambiguïté juridictionnelle. Nous sommes des personnes aussi, conclut-il.

Nord de l'Ontario

Autochtones