•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Roch : deux boulevards au lieu de l'autoroute Laurentienne?

Esquisse de pôle de mobilité durable illustrant un secteur où circulent, piétons autobus, voitures et cyclistes, avec une grande roue en arrière-plan
Esquisse de pôle de mobilité durable Photo: Projet, école d'architecture de l'Université Laval
Louise Boisvert

La Ville de Québec va procéder à la fin du mois à une consultation sur la requalification du pôle Wilfrid Hamel-Laurentienne. Des étudiants de l'Université Laval, qui se sont penchés sur la nouvelle vocation du secteur, proposent entre autres de démanteler l'autoroute pour aménager deux boulevards urbains.

L'idée, qui a été présentée à la Ville, a quelque chose de très inattendu.

Les étudiants de l'École d'architecture de l'Université Laval ont imaginé deux boulevards pour remplacer l'autoroute Laurentienne entre les rues de la Croix-Rouge et Soumande.

Il s'agit en fait du prolongement de la rue Dorchester et de la Couronne qui traversent déjà le quartier St-Roch.

« L'idée, ce n'est pas de faire table rase, c'est de composer avec ce que l'on a », explique leur professeur, l'architecte et designer urbain Érick Rivard.

Carte du plan d'aménagement dans le secteur du boulevard Hamel représentant les boulevards de la Couronne et DorchesterCarte du plan d'aménagement, création d'un nouvel axe de liaisons Photo : Projet, école d'architecture de l'Université Laval

« On garde le même nombre de voies pour les automobilistes », précise le professeur. L'espace ainsi créé entre les deux boulevards permettrait de réhabiliter la rivière Saint-Michel, un affluent de la rivière Saint-Charles, canalisé depuis la construction de l'autoroute Laurentienne.

En démantelant l'infrastructure de béton, la Ville pourrait ainsi récupérer toute une bande de terrains inutilisés.

Une autoroute comme celle-là s'accompagne de friche, de zones protégées pour les bretelles de l'autoroute et de terrains inanimés. Ça crée une fracture importante.

Érick Rivard, chargé de cours à l'École d'architecture de l'Université Laval

Création de logements

Les étudiants ont imaginé leur plan d'aménagement en tenant compte des prévisions de la Ville de Québec qui a établi que 28 500 ménages viendront s'ajouter d'ici 20 ans.

Le secteur permettrait la construction de 4600 unités de logement, des maisons de ville, de la copropriété, des duplex et des logements sociaux.

Les maquettes du plan d'aménagement en été et en hiverLes maquettes du plan d'aménagement en été et en hiver Photo : Projet École d'architecture de l'Université Laval

Un nombre impressionnant qui permettrait de ne pas exiger le dézonage des terres des Soeurs de la Charité de Beauport où l'on projette de construire 6500 unités de logement, font valoir les étudiants.

« C'est la prétention des étudiants », confirme Érick Rivard, le sourire en coin.

L'arrivée de milliers de personnes dans le quartier nécessiterait un réaménagement des rues pour permettre une plus grande mobilité pour les piétons et les cyclistes.

Esquisse d'espace extérieur dans le secteur de place Fleur de Lys, des passants empruntent une allée bordée d'arbresEsquisse d'espace extérieur dans le secteur de place Fleur de Lys Photo : Projet, école d'architecture de l'Université Laval

Les étudiants ont prévu un réseau de rues secondaires, végétalisées, pour augmenter la fluidité dans le quartier.

Esquisse illustrant l'aménagement d'un passage piétonnier bordé d'arbres Esquisse d'un passage piétonnier entre deux rues Photo : Projet, école d'architecture de l'Université Laval

L'afflux de nouveaux résidents entraînerait la construction de deux nouvelles écoles.

Le maire de Québec a vu le résultat des travaux des étudiants. Il a été séduit par le potentiel d'unités de logement disponibles.

Un autre plan

Érick Rivard a également reçu l'an dernier le mandat de la Ville de Québec d'élaborer un plan de requalification du secteur au sud du boulevard Hamel.

Son projet repose maintenant entre les mains des fonctionnaires de la ville. On ignore à quel moment il sera rendu public.

En attendant la rencontre publique de la fin du mois, il est possible de remplir un questionnaire sur le site de la Ville de Québec afin de soumettre des idées pour la vocation du secteur.

Québec

Urbanisme