•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De « drôles d'oiseaux » recrutés pour déloger des corbeaux indésirables

Deux cartes d'employés de Suncor à l'effigie des deux rapaces, un hibou et une buse.
Après la mission des deux rapaces, il ne restait plus que 30 des 700 corbeaux qui avaient envahi les installations de Suncor. Photo: Facebook / Suncor
Nafi Alibert

Le géant pétrolier Suncor a fait appel au service de deux rapaces pour lutter contre une invasion de corbeaux dans ses installations de Fort McMurray.

Plus de 700 corbeaux avaient élu domicile dans le site d’exploitation des sables bitumineux de Suncor, à Fort McMurray.

Ils y passaient la nuit à l’abri du froid, mais leur présence causait aussi des nuisances sonores et des problèmes sanitaires, puisque la colonie de corbeaux commençait à recouvrir les installations de fientes et de régurgitations en tout genre.

Un casse-tête que Suncor a choisi de résoudre avec une solution écologique en engageant Freddy, une buse rouilleuse, et Clémentine, un hibou grand-duc d'Europe, deux oiseaux de proie redoutés par les corbeaux.

« L’envergure des ailes de Freddy est énorme. Les corbeaux ont extrêmement peur de lui. Ils ne ferment pas l’oeil de la nuit s’il est dans les parages », explique Stephen Bucciarelli, de l’entreprise Predator Bird Services.

Une buse est posée une main gantée.Freddy, une buse rouilleuse Photo : Facebook / Suncor

Quant à Clémentine le hibou, elle ressemble tellement à un grand-duc d’Amérique que sa simple présence dans les airs a également suffi à effaroucher les corbeaux.

Les corbeaux craignent ces rapaces, qui ont pour habitude de se nourrir de ces oiseaux au plumage d'ébène, précise M. Bucciarelli.

Un hibou aux yeux orange.Clémentine doit son nom à la couleur orangée de ses yeux, la principale caractéristique qui différencie ce hibou grand-duc d'Europe des grands-ducs d'Amérique. Photo : Conor Cox

« Les rapaces n’ont touché à aucune des plumes des corbeaux », s'empresse d'ajouter Stephen Bucciarelli, qui ne voulait en aucun cas que l’opération se transforme en un massacre de corbeaux.

Employés du mois

À eux deux, Freddy et Clémentine ont rapidement dispersé le groupe de corbeaux invasifs sans violence.

Dès la première semaine, la moitié de la colonie de corbeaux ne revenait plus s’abriter dans les installations de Suncor.

Pour éviter qu’ils ne croquent du corbeau, Stephen Bucciarelli et son équipe ont suivi le comportement des rapaces de près pendant qu’ils menaient leur guerre de dissuasion aérienne.

« C’est comme s’ils étaient tenus en laisse », explique M. Bucciarelli.

Un homme avec un casque de sécurité et un rapace.Stephen Bucciarelli travaille pour Predator Bird Services inc., une entreprise qui se sert des oiseaux comme des épouvantails vivants. Photo : CBC

Au bout d’un mois, il ne restait plus que 30 corbeaux sur les quelque 700 qui gravitaient autour de l’usine de Fort McMurray.

Avec les informations de l'émission de CBC The Homestretch

Alberta

Industrie pétrolière