•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des professeurs de l'Université Laurentienne exige une meilleure transparence de l'administration

Université Laurentienne
Les professeurs de l'Université Laurentienne exigent une meilleure transparence de l'administration de l'établissement. Photo: Radio-Canada / Yvon Thériault
Radio-Canada

L'Association des professeures et professeurs de l'Université Laurentienne (APPUL) estime qu'elle aurait dû être mise au courant de certaines ententes spéciales conclues entre l'Université et certains de ses hauts dirigeants.

Après une démarche juridique entamée en décembre 2017, l’APPUL a récemment eu accès à un contrat conclu entre l’Université et son ancien recteur, Dominic Giroux.

Le document garantit que M. Giroux, qui est actuellement président-directeur général de l’hôpital Horizon Santé-Nord, puisse obtenir un poste de professeur titulaire à n’importe quel moment dans le futur. M. Giroux aurait aussi droit à un congé rémunéré d’un an dès la première année de son retour éventuel à l’Université Laurentienne.

M. Colin déplore le fait que l’APPUL ait dû entamer de très longues et très coûteuses procédures pour avoir accès à l’entente.

À notre avis, il s’agit d’informations publiques quand on regarde la hauteur du financement public que reçoivent les universités et en plus c’est de l’information que nous avions l’habitude de recevoir, explique le président du syndicat.

Un homme vêtu d'une veste noire aux rayures blanchesFabrice Colin est le président de l'Association des professeures et professeurs de l'Université Laurentienne. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

L'APPUL a aussi eu recours à la Loi sur l’accès à l’information pour obtenir trois autres ententes conclues avec l’actuel recteur par intérim, l’actuel vice-recteur par intérim aux études et un ancien vice-recteur à la recherche.

Pour nos membres, ça a été une surprise d’apprendre l’existence de ces ententes surtout à un moment où on exige de plus en plus de sacrifices de leur part en termes de ressources.

Fabrice Colin, président de l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne

Les promesses de l'Université à ses administrateurs, selon l'APPUL

  • L’ancien vice-recteur à la recherche Rui Wang : une allocation de démarrage de 800 000 $ au moment de son embauche en 2014, la promesse d’un laboratoire de 3600 pieds carrés disponible à l’automne 2015 et « un budget discrétionnaire annuel de 50 % supérieur au revenu de recherche subventionnée par membre du corps professoral à temps plein de l’université;
  • Le recteur par intérim Pierre Zundel : la possibilité de retourner pendant quatre ans à son poste de vice-recteur aux études; le choix de devenir titulaire d’une chaire de recherche universitaire en enseignement et en apprentissage au Centre d’excellence universitaire ou dans une autre unité, avec un salaire se situant dans le 90e percentile de celui d’un professeur titulaire;
  • Le vice-recteur par intérim aux études Serge Demers : le droit d’être nommé à un autre poste d’administrateur supérieur si jamais il était licencié sans motif valable; un budget discrétionnaire annuel de recherche de 16 900 $ dont tout solde non dépensé serait reporté aux années subséquentes pendant qu’il occuperait un poste à l’université.

Par courriel, l’Université Laurentienne indique qu’elle ne fournira aucun commentaire par rapport aux détails d'ententes individuelles auxquelles l'APPUL a eu accès.

Le secteur universitaire est hautement réglementé par des régimes d'indemnisation restreints auxquels la Laurentienne se conforme.

Déclaration de l'Université Laurentienne

Selon M. Colin, la mise en place d'une clause de divulgation dans les contrats des administrateurs de l'Université Laurentienne serait peut-être une bonne pratique à adopter pour le Conseil des gouverneurs.

Nord de l'Ontario

Relations de travail