•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vedettes d'Hollywood viendraient en aide à Apple

Jennifer Aniston et Reese Witherspoon le 17 octobre 2011 à Los Angeles
Reese Witherspoon et Jennifer Aniston Photo: Getty Images / Jason Merritt
Radio-Canada

Avec des ventes d'iPhone qui patinent, Apple mise sur les services pour tenter de se réinventer : le géant pourrait lancer cette année un abonnement média et son propre service de vidéo, avec l'aide de vedettes d'Hollywood.

Fidèle à ses habitudes, Apple refuse de commenter les rumeurs, mais selon des médias américains, l'entreprise pourrait faire des annonces le 25 mars au siège de Cupertino en Californie. Et elle pourrait frapper fort, avec des vedettes comme Jennifer Aniston, Reese Witherspoon ou le réalisateur J.J. Abrams invitées à l'événement.

Si Apple a déjà un pied dans le domaine de la vidéo avec iTunes ou Apple TV, qui permet l'accès à des plateformes tierces, c'est encore timide. L'étape suivante ne fait plus guère de doute : lancer son propre service en ligne, nourri de programmes exclusifs et de vedettes, qui concurrencera Netflix et Amazon Prime.

À la fin de janvier, le patron d'Apple, Tim Cook, avait de nouveau affirmé ses ambitions dans les contenus originaux, rappelant avoir signé un contrat avec la papesse de la télé américaine Oprah Winfrey. « Je suis super confiant et nous aurons d'autres choses à dire un peu plus tard », avait-il ajouté.

Sur le modèle d'Apple Music, son abonnement de musique en ligne ouvert en 2015, Apple pourrait lancer son équivalent en vidéo d'ici quelques mois, selon la presse américaine.

Arrivé tardivement sur le créneau, Apple Music a néanmoins crû très vite et revendique déjà plus de 50 millions d'abonnés payants.

La firme a d'ailleurs largement construit sa réputation en parvenant à révolutionner le marché, même en arrivant sur celui-ci après les autres, comme il l'a fait avec l'iPod ou l'iPhone.

Des services automatiquement installés

Outre des moyens financiers gigantesques, Apple a une force de frappe incomparable : les 1,4 milliard d'appareils de la marque en circulation, sur lesquels l'entreprise préinstalle ses services.

Ce qui lui a permis, les trois derniers mois de 2018, d'afficher une hausse de 19 % (presque 11 milliards) du chiffre d'affaires tiré de ses services (iCloud, Apple Pay, iTunes, Apple Music etc.).

Le lancement d'une plateforme numérique paraît à ce point incontournable que les analystes de JPMorgan Chase suggéraient récemment à Apple de racheter Netflix, de très loin le leader du marché avec ses 140 millions d'abonnés.

Bien que déjà largement occupé – Netflix et Amazon seront bientôt rejoints par Disney ou WarnerMedia –, le marché de la vidéo en ligne a encore un potentiel de croissance énorme, à mesure que les consommateurs changent leurs habitudes.

Des quotidiens refusent de s'engager avec Apple

Cependant, outre la vidéo, Apple a un autre marché en vue, plus compliqué celui-ci : les médias.

Les relations entre groupes technologiques et les médias sont notoirement difficiles, ces derniers accusant les premiers d'utiliser leurs contenus sans payer ou de les ruiner en captant les revenus publicitaires.

Apple propose déjà une sorte de portail vers la presse, avec Apple News. L'étape suivante serait de proposer un service d'abonnement qui permettrait d'accéder à du contenu de façon illimitée, mais ce projet est loin de faire l'unanimité en raison du pourcentage des recettes exigé par Apple.

Là encore, l'entreprise avait préparé le terrain en rachetant, l'an dernier, Texture, un service d'abonnement illimité à des magazines en ligne, pour 1 $ par mois.

Cependant, les discussions avec certains éditeurs sont difficiles, car selon la presse américaine, Apple exige de conserver la moitié des recettes. Résultat, certains grands titres, comme le New York Times ou le Washington Post, refusent de signer avec le géant californien.

« Même si on peut argumenter que beaucoup d'éditeurs [de presse] perdent [de l'argent] avec leurs abonnements à prix bas, il est difficile de justifier une part de 50 % », estime l'analyste Carolina Milanesi (Creative Strategies).

« Compte tenu des marges de la presse aujourd'hui, même la répartition habituelle d'Apple [des revenus dans les services] 70/30 semblerait un peu cupide, mais la moitié, c'est démentiel », estime pour sa part le blogueur spécialisé dans les technologies, John Gruber.

Apple pourrait proposer un abonnement unique à tous ses services, sur le modèle de Prime d'Amazon. « Cela serait très logique », estime Carolina Milanesi.

À lire aussi :

Avec les informations de Agence France-Presse

Techno