•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs de la Saskatchewan se joignent au convoi propipelines

Trois camions roulent sur l'autoroute Transcanadienne en direction d'Ottawa.

Le convoi de camionneurs se dirige vers Ottawa pour dénoncer les politiques énergétiques de Justin Trudeau.

Photo :  Radio-Canada / Marie-Christine Bouillon

Marie-Christine Bouillon

Des camionneurs de la Saskatchewan opposés aux politiques énergétiques du gouvernement fédéral se sont ajoutés au convoi United we roll, parti jeudi de Red Deer, en Alberta. Les protestataires ont entamé leur journée à White City vendredi vers 8 h pour poursuivre leur périple vers Ottawa.

Les organisateurs veulent crier haut et fort leur opposition aux politiques énergétiques de Justin Trudeau. Ils s’insurgent contre la taxe carbone et le projet de loi C-69, qui vise à réformer le processus d’évaluation des risques environnementaux dans le cas de projets énergétiques majeurs. Ils demandent également la construction de nouveaux pipelines.

Selon l’un des organisateurs, Carl Edward Fleury, le convoi vise à unir tous les Canadiens en désaccord avec les décisions du gouvernement de Justin Trudeau.

« On fait ça pour tout le Canada au complet. Ce n’est pas un convoi juste pour l’Alberta, on va avoir le Québec qui vient et bien d’autres provinces qui vont se rencontrer à Ottawa. C’est tout simplement pour briser le programme de division qui se passe [à Ottawa], être tous ensemble comme Canadiens et créer une voix pour tout le monde », explique-t-il.

Carl Edward Fleury se tient devant un autocar sur lequel est dessiné un drapeau du Canada. On peut y lire « United we roll ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'un des organisateurs du convoi « United we roll » Carl Edward Fleury

Photo : Radio-Canada

La majorité des protestataires sont des travailleurs de l’industrie pétrolière et gazière frappés de plein fouet par la récession économique des dernières années.

Le Saskatchewanais Brent Aupperle est mécanicien industriel. Il a pu se joindre au convoi parce qu’il n’a pas beaucoup de travail ces derniers temps. Vêtu de sa veste jaune, il confie que c’est d’abord parce qu’il aime son pays qu’il a décidé de prendre la route avec les quelque 70 automobilistes et camionneurs. Il dénonce lui aussi plusieurs décisions prises par le gouvernement de Justin Trudeau, depuis son élection en 2015.

« Il y a la taxe carbone, la construction de pipelines, le pacte de l’ONU [NDLR le Pacte mondial sur les migrations]. Je pense que tout le monde à travers le pays a des raisons différentes pour être ici et se joindre au convoi », soutient-il.

 Brent Aupperle portant sa veste jaune.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le Saskatchewanais Brent Aupperle est mécanicien industriel. Il est membre du mouvement des gilets jaunes et s'est joint au convoi « United we roll ».

Photo : Radio-Canada

Initialement associé aux gilets jaunes du Canada, le mouvement United we roll [« Roulons tous unis »] a décidé de s’ouvrir pour rallier un maximum de soutiens.

Le groupe United we roll doit traverser la Saskatchewan et le Manitoba vendredi, pour s’arrêter à Kenora, en Ontario, en soirée. Les camionneurs et automobilistes devraient être à Arnprior, une petite ville à l’ouest d’Ottawa, dimanche, et s’accordent une journée de répit, lundi.

Cinq véhicules dont un semi-remorque prennent la route au petit matin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un des camionneurs du convoi propipeline « United we roll » a accroché un gilet jaune devant son véhicule.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Bouillon

« L’ambiance est incroyable. Plus il y a de monde, plus c’est le fun. On fait ça pour tout le Canada. Et quand on va être à Ottawa, ce n’est pas vraiment une protestation, c’est plus comme une unification », précise Carl Edward Fleury.

Les manifestants comptent être Ottawa, mardi prochain, avec un convoi de 200 camionneurs.

Avec la collaboration d'Olivier Daoust

Politique fédérale

Politique