•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick se dirige vers un maigre surplus budgétaire

Ernie Steeves donne une conférence de presse

Le ministre des Finances Ernie Steeves prévient les contribuables que son prochain budget sera « difficile ».

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick s'attend à un surplus budgétaire de 4,5 millions de dollars cette année, annonce le ministre des Finances Ernie Steeves.

Le gouvernement libéral prévoyait pour sa part un déficit de 188,7 millions de dollars. Le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs attribue le revirement à des revenus plus élevés que prévu, dont l’impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés, et les paiements de transfert du fédéral.

Les nouvelles prévisions budgétaires présentées par le ministre Steeves sont celles du troisième trimestre de l’exercice financier 2018-2019.

Le premier ministre Higgs avait déjà indiqué, il y a deux semaines, que la province atteindrait l’équilibre budgétaire cette année.

Le budget sera « difficile », selon Ernie Steeves

Le ministre Steeves rappelle que la dette publique de la province continue de croître malgré tout. Son premier budget provincial, qu’il compte présenter en mars, comprendra de nouvelles mesures, dit-il.

Ce sera un budget difficile. Nous devons explorer de nouveaux moyens de faire les choses d’une façon plus efficace.

Ernie Steeves, ministre des Finances du Nouveau-Brunswick

Il passe au peigne fin tous les programmes gouvernementaux pour trouver des moyens d’économiser.

Le ministère des Finances estime que l’impôt sur les sociétés rapportera 130,9 millions de dollars de plus qu’on le prévoyait, d’ici le 31 mars. L’impôt sur le revenu des particuliers devrait apporter au trésor public 101 millions de dollars de plus que prévu auparavant.

Les transferts fédéraux pour la santé et les programmes sociaux augmentent aussi à la suite des données du recensement de 2016 qui indiquent une hausse de la population de la province.

Les dépenses sont aussi plus élevées que celles prévues dans le budget. Le gouvernement doit notamment payer 21,7 millions de dollars à des entreprises auxquelles il a ordonné, en décembre, de cesser divers projets de travaux publics.

Des travailleurs de la construction tiennent des panneaux de signalisation sur un chantier.

Le gouvernement du Manitoba impute les retards en construction aux emplois vacants plutôt qu'aux compressions budgétaires.

Photo : Radio-Canada / Bert Savard

Le budget d’immobilisations du ministre Steeves comptait 200 millions de dollars de moins que le précédent, ce qui a entraîné l’arrêt de plusieurs grands projets entrepris sous le gouvernement libéral. L’élargissement de la route 11 entre Cocagne et Bouctouche, notamment, a été mis en veilleuse.

Dans son discours du Trône présenté l’automne dernier, le gouvernement Higgs a promis de réduire certains impôts dès l’atteinte de l’équilibre budgétaire. Il est question d’éliminer graduellement l’impôt des petites entreprises et la double imposition foncière qui s’applique aux biens secondaires comme les immeubles d'appartements.

Le gouvernement n’a pas encore décidé si ces réductions d’impôts feront partie du prochain budget, explique le ministre Ernie Steeves.

Son budget 2019-2020 est prévu pour le 19 mars.

Avec les renseignements de Jacques Poitras, de CBC

Nouveau-Brunswick

Finances publiques