•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le yoga à l’école : un équilibre pour les élèves

Des élèves se tiennent en équilibre sur des tapis de yoga
Les élèves de la 3e année de l'École élémentaire Horizon-Jeunesse pendant une séance de PedaYoga Photo: Radio-Canada / Kim Vallière
Kim Vallière

De l'extérieur, la salle de classe a l'air d'être comme toutes les autres. Mais à l'intérieur, les bureaux et les chaises ont été poussés contre le mur pour faire place à des rangées de tapis de yoga. Ici, pas question de leçons de français ou de mathématiques, place à la zénitude.

Pendant 30 minutes, environ 2 fois par mois, les élèves de l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse, à Ottawa, sont invités à prendre une pause dans leur journée bien remplie pour faire du pedayoga, une pratique inventée spécifiquement pour les enfants.

Ça nous fait du bien, ça nous aide à nous concentrer et ça nous relaxe, explique Bryan Bugosorwa, un élève de la 3e année.

La voix de Chantal Lyrette, du Centre des services communautaires Vanier, les incite à pratiquer leur respiration ainsi que les postures de base du yoga.

Les positions de l’arbre, du chien tête en bas et de l’enfant sont intégrées dans une histoire ludique qui fait appel à l’imagination des jeunes participants.

Une pancarte sur une porte souhaite la bienvenue dans la classe de pedayoga. Des élèves pratiquent le yoga en arrière-planLes élèves de l'École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse pratiquent le yoga plusieurs fois par mois. Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Toutes les postures dans le pedayoga ont rapport avec la nature, soit des arbres et des feuilles, ou on y va avec des animaux qu’ils connaissent, explique Mme Lyrette.

À l’aide de dés qui représentent des positions et des émotions, elle invite les petits yogis à imiter l’éléphant fâché, le chat gêné ou le lion heureux.

On travaille l’imaginaire, la concentration, l’estime de soi et d’être capable de contrôler les mouvements.

Chantal Lyrette, professeure de pedayoga

Je joue aussi beaucoup avec les émotions. On en a beaucoup, c’est bien d’en avoir, mais c’est d’être capable de gérer ces sentiments-là et d’être capable de les exprimer de façon compréhensible, explique la professeure.

Le projet, lancé il y a trois ans à Horizon-Jeunesse, connaît un franc succès parmi les jeunes de la prématernelle à la 6e année.

Une fois qu’on retourne en salle de classe, leur concentration est augmentée, ils sont plus à la tâche et tu vois que leur stress est beaucoup plus bas, explique Isabelle Lacroix, une enseignante de 3e année.

C’est aussi bénéfique qu’un cours d’activité physique.

Isabelle Lacroix, enseignante à l’École élémentaire catholique Horizon-Jeunesse

La pratique du yoga ne se limite pas aux quatre murs de l’école pour les élèves de Mme Lyrette. Plusieurs d’entre eux continuent d’utiliser les techniques apprises à la maison, lorsqu’ils vivent un trop-plein d’émotions.

Je fais du yoga chez moi quand je suis triste, fâchée et stressée, explique Blessing Bazoladio Matondo, 8 ans. Ça me calme et ça fait que j’ai moins de problèmes qu’avant.

Chantal Lyrette le dit sans hésitation : elle croit que toutes les écoles devraient inclure le yoga dans le cursus scolaire.

Le visage de ses élèves, tantôt concentrés en tentant de maintenir l’équilibre sur un pied, ou détendus, assis sur le sol les jambes croisées avec les mains sur les genoux, semble lui donner raison.

Ottawa-Gatineau

Éducation