•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaqué par le NPD, Jason Kenney promet d'interdire les transfuges

Jason Kenney derrière un micro.

Jason Kenney a déjà reconnu être contre l'avortement, mais dit qu'il ne compte pas légiférer sur cette question.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur uni (PCU), Jason Kenney a dû se défendre jeudi à Edmonton contre des allégations d'irrégularités et des attaques du Nouveau Parti démocratique (NPD), alors qu'il faisait la promotion de ses promesses électorales.

Lors d'une conférence de presse, Jason Kenney a promis que s’il est élu au printemps, il introduira la possibilité qu’un député soit démis de ses fonctions si un nombre suffisant de citoyens le demandent.

Le chef du PCU dit qu’il mettra aussi en place des élections à date fixe et qu’il interdira les députés transfuges.

Jason Kenney souhaite aussi plafonner à 30 000 $ les montants pouvant être amassés par les groupes qui ne sont pas officiellement reconnus comme partis.

Le NPD en mode attaque

Le Nouveau Parti démocratique a attaqué Jason Kenney jeudi, en lançant un site internet s’appelant « La vérité sur Jason Kenney ».

Le site web à l’image sinistre présente les prises de position de Jason Kenney sur l’avortement, contre les droits des personnes LGBTQ et laisse entendre que le politicien fera des compressions importantes aux services publics s’il est élu.

Le ministre des Transports Brian Mason a affirmé lors d’un point de presse que les informations figurant sur le site sont des faits.

Ces faits racontent l’histoire d’un homme qui dit une chose et en fait une autre. S'il en avait la chance, il imposerait ses croyances personnelles aux autres. Il défend un programme extrême.

Brian Mason, ministre des Transports

Questionné par des journalistes, Jason Kenney a déclaré que son point de vue sur le mariage homosexuel avait évolué, ce qu’a rejeté Brian Mason affirmant que Jason Kenney s'était rendu compte que ces croyances étaient devenues « politiquement gênantes ».

Brian Mason a aussi souligné l’implication de groupes anti-avortement dans les campagnes de nomination du PCU.

Dans une lettre envoyée récemment à ses membres, le groupe anti-avortement The Wilberforce Project parlait de l’espoir de l'organisation que le PCU prenne le pouvoir en Alberta.

« Si le PCU remporte les prochaines élections, nous disposerons de la législature la plus pro-vie depuis des décennies et peut-être depuis toujours », a écrit Cameron Wilson, le directeur de l'action politique du groupe The Wilberforce Project.

Allégations d’irrégularités

Jason Kenney a aussi dû répondre à des allégations venant d'un de ses anciens collègues.

L'ancien député du PCU Prab Gill accuse l'équipe de campagne de Jason Kenney d’avoir agi de manière frauduleuse pendant la course à la direction du parti.

Prab Gill, qui siège maintenant en tant que député indépendant, a envoyé une lettre à la GRC et à Élections Alberta demandant qu'une enquête soit ouverte. La GRC confirme avoir reçu la lettre, mais dit qu’il n’y a pas d’enquête en cours.

Jason Kenney a vigoureusement dénoncé les accusations de son ancien collègue, qualifiant Prab Gill de « politicien discrédité ». Ce dernier a été mis à la porte du parti pour avoir été impliqué dans un cas de fraude.

Jason Kenney a déclaré que des garanties avaient été mises en place lors du vote, pour empêcher des irrégularités lors du vote à la direction.

Alberta

Politique provinciale