•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le président de la Fédération internationale de ski accusé d'être un climatosceptique

Gian Franco Kasper prend la parole lors de la cérémonie d'ouverture.
Gian Franco Kasper lors de la cérémonie d'ouverture des Mondiaux de ski à Åre, en Suède. Photo: Getty Images / JONATHAN NACKSTRAND
Francis Plourde

Un groupe d'environnementalistes et des athlètes demandent la démission du président de la Fédération internationale de ski (FIS). Il accuse Gian Franco Kasper de nier l'importance des changements climatiques.

C’est une entrevue au quotidien suisse Tages Anzeiger qui a déclenché la polémique. Au cours de l'entretien, publié le 4 février dernier, en marge des Championnats du monde de ski alpin, Gian Franco Kasper a tenu des propos controversés, notamment en ce qui concerne les changements climatiques.

Pressé d’offrir son opinion sur le réchauffement de la planète, le président de la FIS a fait référence au froid extrême observé aux Jeux olympiques de Pyeongchang pour minimiser le phénomène.

Nous avons de la neige, parfois même beaucoup. J'étais à Pyeongchang pour les Jeux olympiques. Nous avons eu -35 degrés Celcius. Tous ceux qui se sont approchés de moi en frissonnant, je les ai salués en disant : ”Bienvenue au réchauffement climatique!”

Gian Franco Kasper, président de la Fédération internationale de ski

Dans cet article (Nouvelle fenêtre) (en allemand), publié sous forme de questions et de réponses, l’homme de 75 ans fait aussi référence aux « soi-disant changements climatiques ».

Celui qui est à la tête de la FIS depuis 1998 affirme aussi trouver plus facile d’organiser des compétitions dans les pays placés sous une dictature.

Appels à la démission

Dans les jours qui ont suivi, le président de la FIS, aussi membre honoraire du Comité international olympique (CIO), a précisé que ses propos n’étaient pas à prendre au premier degré.

Mais le mal était fait. Au sein d’un sport où la conscientisation aux changements climatiques et à leur impact sur les conditions de ski est grandissante, ces déclarations ont fait vivement réagir.

L’organisation Protect Our Winters a lancé une pétition réclamant sa démission, qualifiant même le dirigeant de dinosaure. Depuis le 9 février dernier, la campagne circule largement sur les réseaux sociaux, avec le mot-clic #DenyTheDeniers.

Les déclarations de M. Kasper montrent qu’il nie sans équivoque les plus évidentes conclusions scientifiques sur les bouleversements climatiques et leur origine humaine.

Protect our Winters

La planchiste américaine Jamie Anderson, triple médaillée olympique, appuie le mouvement. Médaillée de bronze lors des Mondiaux, l’athlète a utilisé Instagram pour faire la promotion de la pétition.

La légende du ski Aksel Lund Svindal, qui en était à ses derniers Championnats du monde, a aussi dénoncé les propos du président de la FIS.

Pour le directeur de Protect Our Winters Canada, David Erb, le rôle qu’occupe Gian Franco Kasper fait en sorte que ces propos sont d’autant plus inacceptables.

« L’idée que le chef d’une fédération internationale de ski, qui doit sa survie à des hivers enneigés, nie le changement climatique est absolument incroyable, dit-il. Avoir un climatosceptique dans ce rôle, ce n'est pas approprié et ce n'est pas correct. »

Une tempête dans un verre d’eau?

Joint par téléphone, Gian Franco Kasper affirme ne pas avoir l’intention de démissionner et dit qu'il a été cité hors contexte. « J’ai dit : "J’accepte bien sûr comme tout le monde les statistiques sur le changement du climat." Là, il n’y a aucune discussion », dit-il.

« Sur la deuxième question qu’ils m’ont posée : "Mais ça veut dire que, dans 10 ou 20 ans, il n’y a plus de neige”?", j’ai dit : "Non, sûrement pas. Ça, je n'y crois pas, ce sont des spéculations. Les choses peuvent changer." », explique-t-il.

Mais pour David Erb, l’attitude désinvolte de Gian Franco Kasper et son scepticisme face aux modèles de prévisions à long terme constitue un problème en soi.

« Nous avons besoin de quelqu'un [à la tête de la FIS] qui soit un champion du climat, dit-il. Quelqu’un qui travaille pour des politiques visant à contrer les changements climatiques plutôt que de les ignorer ou de les minimiser. »

Changements climatiques

Sports