•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un pas de plus vers une garderie à l'USB

Quatre adulte sont assis sur des chaises, avec des enfants d'une garderie assis par terre devant eux.
La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie du Canada, Mélanie Joly, en compagnie de la ministre Rochelle Squires, du député Daniel Vandal et du recteur Gabor Csepregi, est à l'Université de Saint-Boniface pour y appuyer la construction d'un centre d'apprentissage et de garde d’enfants. Photo: Radio-Canada / Camille Gris Roy
Radio-Canada

Les gouvernements du Canada et du Manitoba ont annoncé vendredi le financement partiel d'un projet de construction d'un centre d'apprentissage et de garde d'enfants à l'Université de Saint-Boniface (USB). L'établissement entend maintenant se tourner vers la communauté pour réunir le reste des fonds.

Dans le cadre du Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023, le gouvernement du Canada investira 2,1 millions de dollars pour la construction sur une période de trois ans.

Le gouvernement du Manitoba a accordé une somme de 900 000 $ au projet. L’Université de Saint-Boniface assumera le reste des coûts tandis que les étudiants se sont engagés à offrir une contribution de 750 000 dollars.

Le coût total de la construction est de 6,15 millions de dollars

En plus de superviser le projet, l'Université de Saint-Boniface s'engage à contribuer à hauteur de 1,3 million de dollars et à recueillir 1 million de dollars en dons privés pour permettre la mise sur pied de ce centre.

« L'USB aura besoin de l'appui de sa communauté », a déclaré le directeur du Bureau de développement et des communications, Louis St-Cyr.

Une campagne de financement à l'automne

Il a ajouté qu'une campagne de financement spécifiquement dédié à se projet sera lancée à l'automne 2019.

La ministre du Tourisme, des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé vendredi le financement alloué au projet par Ottawa, lors de son passage à Winnipeg. Elle était accompagnée pour l'occasion par le député de Saint-Boniface-Saint-Vital, Daniel Vandal.

« La petite enfance a été identifiée comme un des moments clés pour assurer la pérennité des communautés linguistiques », a souligné Mélanie Joly, rappelant que l'Université de Saint-Boniface est le seul établissement universitaire du Manitoba à ne pas avoir de garderie.

« Souvent les enfants sont issus de couples exogames et nous devons nous assurer d'intégrer en français nos enfants, car si on ne le fait pas à un jeune âge, nécessairement ils vont s'intégrer à la langue de la majorité, en anglais. »

La ministre a rappelé qu'il ne s'agit pas que d'un nouveau bâtiment qui sera construit, mais a insisté sur l'investissement qui sera fait dans le personnel et sur la mission de formation qui vient avec le projet.

La nouvelle infrastructure permettra d’offrir des services en français aux enfants dont les parents étudient ou travaillent à l’Université de Saint-Boniface, ou vivent dans la communauté francophone avoisinante.

Le bâtiment sera situé sur le campus de l’Université, dans un bâtiment neuf sur un étage et d’une superficie de 725 mètres carrés. Il pourra accueillir 80 enfants, soit 16 poupons et 64 enfants d’âge préscolaire.

Le centre d'apprentissage accueillera des stagiaires du programme d'Éducation de la jeune enfance de l’École technique et professionnelle, qui fait partie de l’Université de Saint-Boniface

Les éducatrices et éducateurs qui y seront formés pourront ensuite travailler dans l’ensemble des services de garde du Manitoba.

« L'aboutissement de décennies d'efforts »

La concrétisation de ce projet ravit David Alper qui siège au comité consultatif de mise sur pied de la garderie et qui a longtemps milité pour ce projet.

« C'est l'aboutissement de décennies d'efforts pour mettre sur pied ce projet-là qui est vital pour la survie de notre communauté », estime le professeur en travail social à l'Université de Saint-Boniface.

Il souligne surtout la mobilisation des étudiants.

« Si ce projet voit le jour aujourd'hui, c'est surtout et avant tout à cause du travail de mobilisation des étudiants et des étudiantes de l'USB. »

La construction du centre devrait durer 28 mois et le chantier devrait débuter au printemps 2020. L'ouverture officielle est prévue en juin 2021.

Manitoba

Francophonie