•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'usure d'une petite pièce à l'origine d'une fuite de pétrole en C.-B.

Des conduites sont sur des wagons sur des rails devant des montagnes.
Des conduites en acier du projet d'expansion du pipeline Trans Mountain reposent sur des wagons à Kamloops, en Colombie-Britannique. Photo: Reuters / Dennis Owen
Radio-Canada

De l'usure causée par des vibrations sur un débitmètre, voilà ce qui a provoqué en partie une fuite de pétrole dans une station de pompage de la société Kinder Morgan, au nord de Kamloops, au printemps 2018, selon le rapport d'enquête du Bureau de la Sécurité des transports (BST), publié le 14 février.

Dans leur rapport les enquêteurs notent que le pétrole brut a fui d'un raccord vissé sur un débitmètre, situé en aval des pompes principales à la station de pompage Darfield.

Le BST indique également que le poids de certaines composantes et le risque de fatigue des conduites de petit diamètre n'avaient pas été pris en compte.

La fuite

Le 27 mai 2018, 4,8 mètres cubes de pétrole brut se sont échappés dans le sol de la station de pompage Darfield. Aucun cours d'eau n'a été touché par cette fuite, qui a été contenue de manière appropriée, selon le rapport d’enquête.

À la suite de cet incident, le bureau du BST affirme que la compagnie Trans Mountain a fait une vérification de toutes ses conduites à petit débitmètre pour s’assurer qu’elles étaient sécuritaires.

Les enquêteurs concluent le rapport en précisant que les compagnies de pipeline devraient prendre en compte les charges et les contraintes externes pour prévenir les risques d’usure liée aux vibrations, en particulier pour les raccordements de petits diamètres.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière