•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Payer l’électricité du voisin à cause d’une erreur d’Hydro-Québec

Le reportage de Nancy Desjardins
Nancy Desjardins

Un résident de Chapais, dans le nord du Québec, a vu sa facture d'électricité quintupler avec l'installation d'un nouveau compteur. Il aura fallu deux ans avant qu'il ne découvre que le technicien d'Hydro-Québec avait inversé les numéros de compteur entre deux clients.

Daniel Bédard et Alain Coulombe résident à Chapais, une petite municipalité du Nord-du-Québec. Ils vivent dans le même quartier. À leur demande, un technicien d’Hydro-Québec installe de nouveaux compteurs électriques. Alain Coulombe constate alors que sa facture mensuelle passe de 60 $ à plus de 320 $.

Alain Coulombe.Alain Coulombe Photo : Radio-Canada / La facture

J’appelle Hydro-Québec pour demander de vérifier s'il y avait un problème de compteur. On me répond : "Ne vous cassez pas la tête, Monsieur, ce n'est sûrement pas le compteur".

Alain Coulombe

Pendant deux ans, Alain Coulombe cherche la cause du problème. Sa locataire, récemment installée dans la résidence, a la bonne idée de comparer le numéro du compteur électrique à celui inscrit sur sa facture. Ils sont différents!

Hydro-Québec constate qu’Alain Coulombe paie la facture de Daniel Bédard, un résident du même quartier. Lors de l’installation des compteurs électriques, le technicien a inversé les numéros, et par le fait même, les factures.

La société d’État réclame 2700 $ à Daniel Bédard et invoque un problème de « compteurs croisés ».

Compteurs croisés? Qu’est-ce que ça veut dire? Daniel Bédard se renseigne. En épluchant la loi qui encadre Hydro-Québec, il constate que les compteurs croisés n’y sont pas définis.

Il est toutefois indiqué qu’en cas de problèmes engendrés par des compteurs croisés, Hydro-Québec peut facturer l’électricité à un client rétroactivement pour un maximum de 36 mois. Cependant, pour une erreur de facturation, la rétroactivité est de seulement six mois.

Daniel Bédard.Daniel Bédard Photo : Radio-Canada / La facture

C’est tout à leur avantage que toutes les erreurs de facturation soient considérées comme des compteurs croisés.

Daniel Bédard

Daniel Bédard refuse de payer les 2700 $ que lui réclame Hydro-Québec. Il croit que, dans son cas, il y a eu une erreur de facturation, et donc que la rétroactivité est de seulement six mois. À son avis, la facture devrait être de 1600 $. Il porte plainte à la Régie de l’énergie.

Une maison unifamiliale.La maison de Daniel Bédard Photo : Radio-Canada / La facture

Le spécialiste en énergie Jean-François Blain est aussi d’avis que le problème de Daniel Bédard est causé par une erreur de facturation.

C’est dans l’intérêt d’Hydro-Québec de faire valoir que c’est un cas de compteurs croisés. C’est inquiétant, puisque la société d’État est en situation de force face à un consommateur.

Le spécialiste en énergie Jean-François Blain
Une maison unifamiliale.La maison d'Alain Coulombe Photo : Radio-Canada / La facture

Quant au porte-parole d’Hydro-Québec, Cendrix Bouchard, il affirme que la société d’État a bien analysé le dossier de Daniel Bédard et que le problème provient du croisement des compteurs.

En décembre dernier, la Régie de l’énergie a donné raison à Daniel Bédard : il s’agit bien d’une erreur de facturation. Il a donc été facturé rétroactivement pour seulement six mois.

De son côté, Alain Coulombe a été remboursé par Hydro-Québec.

Le reportage de Nancy Desjardins et de Martin Jolicoeur est diffusé le 19 février à La facture sur ICI TÉLÉ.

Société