•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La démission de Wilson-Raybould ne nuira pas aux efforts de réconciliation

L'ancienne ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould.
L'ancienne ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould Photo: Radio-Canada
La Presse canadienne

La démission de Jody Wilson-Raybould ne viendra pas mettre un terme aux efforts de réconciliation entre le gouvernement canadien et les Premières Nations, a affirmé un groupe de sénateurs autochtones.

Selon eux, le départ de la ministre signifie que beaucoup de travail est encore nécessaire pour atteindre ce but.

Mme Wilson-Raybould a démissionné au début de la semaine après que le Globe and Mail eut écrit que le cabinet de Justin Trudeau avait exercé des pressions sur elle dans le dossier SNC-Lavalin. Le premier ministre l'avait mutée de la Justice aux Anciens Combattants, en janvier.

Le sénateur Murray Sinclair, qui a présidé la Commission de vérité et réconciliation ayant enquêté sur les pensionnats autochtones, est l'un des huit sénateurs qui ont remercié Mme Wilson-Raybould de ses réalisations pour faire progresser la réconciliation.

Ils ont loué sa force de caractère, son intégrité et son dévouement pour moderniser le système judiciaire lorsqu'elle était ministre de la Justice.

Un appui de l'APNQL

L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) a de son côté donné jeudi son appui à l'ancienne ministre.

Le chef de l'organisation, Ghislain Picard, s'est dit préoccupé par les « multiples questions qui entourent son départ et qui demeurent sans réponse ».

M. Picard a souligné la feuille de route de Mme Wilson-Raybould, qu'il a qualifiée de « remarquable ».

« J'ai travaillé avec Jody pendant l'une des périodes les plus difficiles que nous ayons eues sous le gouvernement Harper. Elle est une dirigeante forte, profondément engagée à faire ce qui est le mieux pour son peuple. Elle est toujours prête à négocier tout en respectant les normes les plus strictes en ce qui concerne nos principes », a-t-il déclaré.

Il a rappelé que les Premières Nations avaient bien accueilli la nomination de Mme Wilson-Raybould au ministère de la Justice. « Nous avons tous estimé que les relations entre l'État canadien et les peuples autochtones entraient dans un nouveau chapitre, plus positif. »

Politique fédérale

Politique