•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rose Drummond et ses fleurs équitables

Une rose dans une serre.
La journée la plus occupée de l'année chez Rose Drummond est la Saint-Valentin. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Véritable institution au Centre-du-Québec, Rose Drummond se transforme en véritable ruche à la Saint-Valentin, la journée la plus achalandée de l'année. Les clients affluent pour offrir à un être cher un bouquet et recherchent de plus en plus des fleurs écoresponsables.

L’entreprise est la seule à produire des fleurs en serre au Québec. L’endroit exploite aussi un petit café, en plus d’offrir des produits maraîchers et des produits du terroir.

On y cultive des roses, des gerberas et des alstroemerias de manière équitables.

Le travail des employés qui y travaillent est régi par les normes du travail du Québec, contrairement à de nombreux travailleurs agricoles en Amérique du Sud ou en Afrique, par exemple.

Réduire l'empreinte écologique

Près de 13 millions de douzaines de roses sont importées chaque année au Canada.

Selon Amélie Lampron, la directrice générale de Rose Drummond, les fleurs cultivées dans ses serres sont écologiques, sans engrais chimiques, pesticides ou insecticides. On met vraiment des savons ou des prédateurs et si on mettait des produits chimiques, ça viendrait tuer ces prédateurs-là. Donc il n’y a pas d’intérêt à en mettre si on n’est pas obligé de le faire, explique-t-elle.

La directrice générale affirme que ses fleurs ont une empreinte écologique moindre que la plupart des fleurs importées en plus d'offrir des emplois de qualité.

Si tous les clients demandent une rose équitable cette année, après la fête, le fleuriste va commencer à faire pression sur son grossiste, qui lui, va faire pression sur sa ferme. Si tout le monde fait ça, le pourcentage de fleurs équitables va augmenter.

Il faut toutefois débourser un peu plus cher pour ce genre de produit. À titre de comparaison, une douzaine de roses importées coûte environ 25 $. Chez Rose Drummond, le même bouquet peut s’élever à 55 $.

Mauricie et Centre du Québec

Agriculture