•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens votent à l’unanimité pour quitter leur village

Maisons et paysage d'hiver à Little Bay Islands.
Des maisons à Little Bay Islands Photo: Mike Parsons
Radio-Canada

Les habitants d'une localité de Terre-Neuve-et-Labrador ont voté à l'unanimité pour quitter leur village. Les résidents de Little Bay Islands, une île isolée qui compte 71 habitants, selon le plus récent recensement, viennent en effet de se prononcer en faveur de leur déplacement.

Il y a de nombreuses années que les habitants de cette île détachée de Terre-Neuve, à laquelle on ne peut accéder qu’après un voyage d’une demi-heure en traversier, songent à quitter les lieux de façon permanente.

Ils n'y trouvent plus de sources de revenus et les services sont rares pour cette population vieillissante. La seule école de Little Bay Islands n’a accueilli aucun enfant depuis des années.

Lors d’un précédent plébiscite en 2016, 85 personnes sur 95 avaient voté en faveur de quitter l’île, soit 89,47 %. Or, le programme de déplacement provincial exige un taux de 90 % pour offrir une aide financière aux résidents, qui pourrait s’élever jusqu’à 270 000 $ par famille qui accepte de partir.

En 2013, les habitants de Little Bay Islands avaient voté à 79,7 %, c’est-à-dire 55 voix contre 14, en faveur d’un déplacement.

Vue panoramique du village de Little Bay Islands, à Terre-Neuve-et-Labrador.Agrandir l’imageLittle Bay Islands. Photo : Mike Parsons

Pour Dennis Budgell, un résident qui depuis longtemps est favorable à l’abandon du village, le passage du temps a simplement fini par convaincre ceux qui hésitaient. Pour faire quoi que ce soit, il faut sortir de l’île, souligne M. Budgell.

Tous ces gens deviennent très vieux, et il n’y a plus rien à faire dans ce monde. Pas de magasins, pas de docteurs, rien.

Dennis Budgell, habitant de Little Bay Islands

La population de Little Bay Islands ne tombera pas à zéro, cependant. Au moins deux personnes comptent y rester.

Mike Parsons, âgé de 52 ans, et son épouse Georgina, 43 ans, n’ont pas vécu assez longtemps à Little Bay Islands pour avoir eu le droit de voter sur la question du déplacement. Ils ne seraient d'ailleurs pas admissibles à une compensation financière s’ils déménageaient.

Georgina et Mike Parsons assis dans leur cuisine.Georgina et Mike Parsons ont l'intention de rester au village même si leurs concitoyens s'en vont. Photo : Radio-Canada / CBC / Eddy Kennedy

Ils ont décidé de prendre leur retraite à Little Bay Islands, en dépit de la question récurrente du déplacement. Ils s’y sont établis en toute connaissance de cause, et savaient qu’ils risquaient de voir leurs concitoyens plier bagage un jour ou l’autre.

Mon épouse et moi, c’était notre rêve depuis un moment. Nous voulions le réaliser. C’est ce que nous avions décidé, et c’est ce que nous allons faire, dit Mike Parsons.

Vieillir dans l'isolement

Souhaiter la survie d’une communauté sur l’île ou disposer d'un service de traversier ne changera pas la réalité, explique Mike Parsons. Son épouse et lui essaieront d’être le plus heureux possible, avec ce qu’ils ont et malgré ce qu’ils n’ont pas, dit le quinquagénaire.

M. Parsons, qui a grandi à Little Bay Islands, explique avoir vu son père, âgé de 75 ans, être déchiré par le choix de vieillir dans la solitude sur l’île ou de devoir la quitter. Il n'est pas le seul : ce débat a déchiré la population, selon Mike Parsons. Cela a détruit ce qui était jadis une communauté où tout le monde faisait partie de la famille. Maintenant, il y a des gens qui ne parlent plus à d’autres, déplore-t-il.

L’isolement et la solitude ne font pas peur à Georgina et Mike Parsons.

J’ai grandi sur cette île, et quand vous vivez sur l’une de ces petites îles, vous avez un sentiment d’isolement de toute manière. Ce n’est pas quelque chose de nouveau pour moi.

Mike Parsons, habitant de Little Bay Islands

Pour le moment, le couple aura de la compagnie encore un certain temps. Le processus de déplacement ne sera pas nécessairement rapide, et doit être coordonné avec le gouvernement provincial.

Ça va prendre du temps, mentionne Dennis Budgell. Ça pourrait prendre encore trois ans, ou quatre… J’espère que non.

Le ministère des Affaires municipales et de l’Environnement a confirmé le résultat du vote des résidents de Little Bay Islands. La prochaine étape pour le Ministère est de faire approuver le plan de déplacement.

Un porte-parole du Ministère souligne que, selon une étude, Terre-Neuve-et-Labrador pourrait épargner 20 millions de dollars dans les 20 prochaines années en déplaçant et en dédommageant les habitants de Little Bay Islands.

Avec les informations de CBC

Terre-Neuve-et-Labrador

Affaires municipales