•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il revoir le processus d’homologation du glyphosate?

La pulvérisation au glyphosate en pré-récolte permet de contrôler les mauvaises herbes qui ralentissent l’avancée de la machinerie lors de la récolte.

Photo : Radio-Canada

Catherine Mercier

Le glyphosate, c'est la star des herbicides. Même si on le juge moins toxique que d'autres produits qu'il a remplacés, son utilisation à très grande échelle soulève des questions. Le glyphosate est aujourd'hui dans l'eau, dans les aliments que l'on mange et même dans notre urine. Plusieurs voix s'élèvent pour revoir son homologation.

En 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), déclare le glyphosate génotoxique (peut endommager l’ADN) et « cancérigène probable » pour les humains. La nouvelle provoque une onde de choc. L’Europe, qui est en plein processus de réhomologation du glyphosate, est déchirée.

Les manifestations se succèdent. Plus d’un million de personnes signent une pétition demandant l’interdiction du produit. Le vote de la Commission européenne est remis à six reprises. Au lieu des 15 ans initialement prévus, les députés européens font preuve de prudence et réautorisent le glyphosate pour 5 ans seulement.

Des manifestants protestent à Bruxelles contre la prolongation de l'autorisation d'utilisation du Glyphosate dans les cultures.

Des manifestants protestent à Bruxelles contre la prolongation de l'autorisation d'utilisation du Glyphosate dans les cultures.

Photo : Reuters / Yves Herman

Au Canada, l’annonce de la réhomologation du produit tombe en avril 2017 : le glyphosate est reconduit pour 15 ans, jusqu’en 2032. Santé Canada conclut que le glyphosate ne pose « probablement pas de risque pour le cancer humain ».

Mais pourquoi une conclusion aussi divergente de celle de l’agence de l’OMS? Pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que le CIRC et Santé Canada n’ont pas regardé les mêmes études. L’agence de l’OMS s’est penchée seulement sur les études publiées dans des journaux scientifiques, des études publiques, révisées par des pairs. Les études financées par les compagnies de pesticides, souvent produites pour obtenir l’homologation d’un produit, ont été écartées.

Du côté de Santé Canada, on a retenu des centaines d’études confidentielles, qui proviennent principalement de l’industrie. Cette réalité a fait sursauter Louise Vandelac, la directrice du CREPPA, le Collectif de recherche écosanté sur les pesticides, les politiques et les alternatives.

Quand on s'est mis à regarder attentivement les documents, on s'est dit : “Mais ce sont essentiellement des documents non publiés, des documents secrets, auxquels on n'a pas accès”. Venant d'une industrie qui bénéficie de la décision, c'est quand même un peu anormal.

Louise Vandelac, directrice du CREPPA
On voit Mme Vandelac qui travaille à l'ordinateur.

La sociologue Louise Vandelac, directrice du Collectif de recherche écosanté sur les pesticides, les politiques et les alternatives (CREPPA)

Photo : Radio-Canada

Au chapitre de la santé humaine, 636 études ont été retenues, dont 77 % proviennent de l’industrie, selon Santé Canada. À la direction de la gestion de la réévaluation, Frédéric Bissonnette explique que le Canada n’est pas le seul pays à accorder autant de poids aux études financées par l’industrie.

Tous les organismes réglementaires mondiaux utilisent la même approche, que ce soit pour les pesticides ou les médicaments [...]. C'est dans la nature de ce genre de système.

Frédéric Bissonnette, directeur de la gestion de la réévaluation à l'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire de Santé Canada
Des contenants du pesticide Roundup sur une tablette de magasin

Le pesticide Roundup de Monsanto

Photo : Reuters / Yves Herman

Intégrer les nouvelles connaissances

Ce qui étonne également, c’est que Santé Canada conclut que le glyphosate ne nuit pas à la santé humaine en se basant sur des études qui ne datent pas d’hier. Bon nombre d’entre elles ont été produites avant les années 2000 et certaines remontent même aux années 1970. Une éternité en science.

Pourtant, les études récentes sur le glyphosate abondent. Sur PubMed, un site qui recense l’essentiel de la littérature scientifique dans les domaines de la médecine et de la biologie, on constate que 66 % des études sur le glyphosate ont été publiées au cours des 10 dernières années. « Quand on procède à une réévaluation, il faut avoir les données les plus récentes de la littérature scientifique pour être en mesure de voir s'il y a des problèmes. C'est rarement l'industrie qui met en évidence les problèmes qui se passent », souligne Louise Vandelac.

Le ministère se défend d’avoir écarté des études plus récentes. La recherche indépendante a bien été prise en compte, mais elle ne suivait pas toujours le bon protocole, selon Frédéric Bissonnette : « Les études plus récentes n'ont pas nécessairement répondu à toutes les questions de type réglementaire. Parfois, c'est des chercheurs [...] qui posent une autre hypothèse, qui cherchent à trouver une réponse à une autre question, pas nécessairement pertinente dans le contexte d'une réglementation de pesticides ».

Pulvérisation d'herbicide dans un champs de plantes de couverture, au Québec.

Le glyphosate est l’herbicide numéro 1 au Québec, au Canada et dans le monde.

Photo : Radio-Canada

Pourtant, la science évolue très vite. Les résultats obtenus il y a 30 ou 40 ans ne peuvent donc pas tenir compte d’enjeux inconnus à l’époque. « Il y a 20 ans, par exemple, on ne se posait pas la question des effets perturbateurs endocriniens parce qu'on ne les connaissait pas ou alors très peu. Maintenant, les nouveaux tests qui doivent être faits doivent aussi prendre en compte ces nouvelles découvertes et étudier les effets sur les hormones pendant le développement, les effets neurologiques. Ce sont des effets qui n'étaient pas forcément bien étudiés il y a 20 ans », explique Robin Mesnage, chercheur au King’s College de Londres.

On voit M. Mesnage qui sourit à la caméra.

Robin Mesnage, chercheur au King’s College de Londres

Photo : Radio-Canada / Bernard Laroche

Autre différence, Santé Canada et le CIRC ne s’intéressent pas exactement aux mêmes produits. Le CIRC a surtout révisé les impacts des formulations de glyphosate, autrement dit le produit tel qu’il est vendu aux agriculteurs, alors que Santé Canada considère surtout la toxicité du glyphosate. Pourtant, cet ingrédient n’est jamais vendu seul. Dans le Roundup, le principe actif, le glyphosate, ne représente qu’environ 40 % de la formulation. D’autres molécules y sont ajoutées.

« La raison pour laquelle la majorité des études toxicologiques sont sur le principe actif, c’est parce que c'est vraiment la molécule qui est la plus susceptible d'influencer la santé humaine, [de poser] les risques à la santé humaine ou à l'environnement », soutient Frédéric Bissonnette, de Santé Canada.

On voit M. Bissonnette qui parle à la caméra

Frédéric Bissonnette, directeur de la gestion de réévaluation à l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada

Photo : Radio-Canada

Or, ce n’est pas ce que les chercheurs ont découvert. Au King’s College de Londres, le Français Robin Mesnage nous explique qu’il a cherché à connaître les impacts des molécules qui accompagnent le glyphosate. « On a fait des études où on a comparé la toxicité de neuf formulations de glyphosate qui étaient différentes et on a vu que le glyphosate n'était pas l'ingrédient le plus toxique », dit-il.

L'ingrédient qui était le plus toxique, c'était un de ces formulants, qui est considéré comme secret industriel, et il était 10 000 fois plus toxique que le glyphosate.

Robin Mesnage, chercheur au King's College de Londres

Le public est-il bien informé?

Identifier ces molécules, qui peuvent avoir de puissants effets, notamment sur les cellules humaines, revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. Car ces informations sont classées confidentielles.

Pour accéder à certaines données de l’industrie, la procédure est complexe. Il faut se rendre à Ottawa muni d’une déclaration sous serment. Dans une salle de lecture, on peut consulter certains documents, mais les photocopies et les photos sont interdites.

Santé Canada affirme connaître l’identité des molécules qui accompagnent le glyphosate, mais impossible pour le public ou les chercheurs d’obtenir cette information. Les agriculteurs épandent donc à grande échelle un produit sans connaître la liste complète de ses ingrédients.

Un processus opaque

Pour André Comeau, chercheur pendant plus de 40 ans à Agriculture Canada, il est urgent de revoir tout le processus d’homologation. « On donne une protection à des compagnies pour mettre sur le marché des produits chimiques, et après ça, [...] c'est à la société de faire la preuve que le produit est nocif. Ça devrait être l'inverse. Ça devrait être la compagnie qui est obligée de nous prouver que le produit n'est pas dangereux et devrait le prouver avec preuves à l'appui disponibles. Donc, on inverse le fardeau de la preuve avec les pesticides. »

On voit M. Comeau, de profil, qui prend un épi de blé dans sa main.

André Comeau, chercheur retraité d'Agriculture Canada.

Photo : Radio-Canada

Selon M. Comeau, il est surtout urgent de rétablir la confiance du public, car les impacts potentiels sur la santé soulèvent déjà trop de questions.

Dans le cas du tabac, faire la preuve de nocivité, ça a pris à peu près 50 ans. Une preuve solide devant les tribunaux. Moi, je n’ai pas 50 ans à attendre pour décider ce que je mange demain matin.

André Comeau

Le reportage de Catherine Mercier et Bernard Laroche a été diffusé à l'émission La semaine verte, samedi, à 17 h, à ICI Radio-Canada Télé.

Agriculture

Environnement