•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agression sexuelle : peine de 4 ans réclamée pour un ex-employé de l’Université Saint Mary's

Matthew Percy au tribunal.

Matthew Percy.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Le prononcé de la sentence d'un ex-employé de l'Université Saint Mary's, qui devait avoir lieu jeudi à Halifax, est remis au 26 mars. Matthew Perry a été reconnu coupable le 14 décembre d'agression sexuelle et de voyeurisme.

Le procureur de la Couronne, Rick Woodburn, demande quatre années de prison pour l’ancien employé d’entretien de l’université, c’est-à-dire trois ans pour l’agression sexuelle et un an pour voyeurisme.

L’avocat de Perry, Brad Sarson, a obtenu un ajournement jeudi après avoir informé le tribunal que deux témoins dont les commentaires doivent apparaître dans le rapport présentenciel n’ont pas encore été rencontrés.

Me Sarson a aussi indiqué à la juge Elizabeth Buckle qu’il plaidera pour une peine de 12 à 18 mois.

Perry a été reconnu coupable des crimes commis le 15 décembre 2017. L’agression sexuelle a été perpétrée dans un dortoir du campus de l’Université Saint Mary's, à Halifax, et filmée par Percy avec son téléphone.

Un acquittement et une condamnation

Matthew Percy a été accusé d’agression sexuelle par quatre femmes différentes, et deux procès sont à venir.

En août 2018, il avait été acquitté des accusations d’agression sexuelle, de voyeurisme et d’avoir tenté de vaincre la résistance d’une personne par l'étouffement déposées contre lui relativement à un incident qui aurait eu lieu le 3 septembre 2017. La Couronne a porté ce verdict en appel.

Le 14 décembre 2018, Percy a été reconnu coupable d’agression sexuelle et de voyeurisme dans l’affaire pour laquelle il attend présentement sa sentence.

Deux procès à venir en 2020

Matthew Percy doit subir deux procès en 2020. Dans une troisième affaire alléguée, l’ex-employé de l’Université Saint Mary's est accusé d’agression sexuelle grave, de voies de fait et d’avoir vaincu la résistance d’une personne par l'étouffement en 2014.

Dans une quatrième affaire, qui serait survenue en novembre 2013, il est accusé d’agression sexuelle causant des lésions corporelles, de voies de fait et d’avoir vaincu la résistance d’une personne par l'étouffement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Crime sexuel