•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 35 ans, Gaétan Boucher devenait un héros canadien

    Une foule d'admirateurs attendent Gaétan Boucher lors de son arrivée à l'aéroport de Mirabel en mars 1984.
    En remportant trois médailles aux Jeux olympiques de Sarajevo en 1984, Gaétan Boucher devient un de plus grands athlètes du Canada. Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    Le 16 février 1984, le patineur Gaétan Boucher accédait à un cercle restreint d'athlètes canadiens en remportant deux médailles d'or aux Jeux olympiques de Sarajevo. Nos journalistes ont raconté son exploit et observé l'enthousiasme que ses victoires ont soulevé chez les Canadiens.

    Une première canadienne

    Les images sont un peu délavées, mais l’exploit, lui, brille.

    Ce soir, 16 février 1984

    Comme le raconte la journaliste Julie Miville-Dechêne dans un reportage présenté au Ce soir du 16 février 1984 et qu’anime Louise Arcand, Gaétan Boucher gagne les compétitions de patin de vitesse de longue piste de 1000 mètres et de 1500 mètres aux Jeux olympiques de Sarajevo.

    C’est la première fois qu’un Canadien remporte à titre individuel une médaille d’or aux Jeux olympiques d’hiver.

    À ces deux médailles d’or s’ajoutent une médaille de bronze obtenue à l’épreuve du 500 mètres à Sarajevo et la médaille d’argent qu’il a remportée aux Jeux olympiques de Lake Placid en 1980.

    Ces victoires propulsent Gaétan Boucher dans la légende des grands athlètes canadiens.

    Dans la ville québécoise de Saint-Hubert où sa famille réside, la joie éclate à l’annonce de ses victoires. Son frère Claude, également patineur, est admiratif de l’exploit de son aîné.

    C’est aussi avec une grande satisfaction que la population apprend la nouvelle, même si nombreux sont ceux qui ignoraient jusque-là qui était Gaétan Boucher.

    Téléjournal, 9 mars 1984

    S’il était parti incognito, l'athlète revient en héros au Canada, comme le constate le journaliste Pierre Migneault dans un reportage présenté au Téléjournal du 9 mars 1984 et qu’anime Jean Ducharme.

    C'est une nuée de journalistes et une foule de quelques centaines de personnes qui accueillent l’athlète à son arrivée à l’aéroport de Mirabel. Gaétan Boucher, accompagné de sa fiancée ouest-allemande, répond aux questions de la presse.

    Il ne sait pas trop ce que l’avenir lui réserve ni professionnellement ni sur un plan plus personnel, affirme-t-il, un sourire aux lèvres. Ce qui est certain, c’est qu’il recommencera à s’entraîner dès le mois de mai venu.

    Il part par la suite rejoindre ses parents et voisins à Saint-Hubert où, là aussi, quelques centaines de personnes l’attendent pour le féliciter.

    Téléjournal, 20 mars 1984

    Les hommages ne s’arrêtent pas là. Le 20 mars 1984, l’Assemblée nationale du Québec honore Gaétan Boucher comme il sied à un héros de la patrie.

    Comme le raconte le correspondant Daniel L’Heureux dans un reportage présenté au Téléjournal ce jour-là et qu’anime Bernard Derome, les parlementaires québécois ont décerné au champion la médaille d’argent de l’Assemblée nationale.

    Plus tard dans la journée, ce sont 10 000 Québécois qui se sont donné rendez-vous au Colisée de Québec pour lui rendre hommage.

    Même Céline Dion était présente pour chanter un refrain d’amour pour Gaétan Boucher et sa fiancée.

    Gaétan Boucher demeurera l’athlète canadien le plus décoré des Jeux olympiques d’hiver jusqu’en 2002.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Sports