•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Départ pour Ottawa d'un convoi de camionneurs propipelines

Plusieurs camions d'apprêtent à prendre la route vers Ottawa. Sur l'une des portières, il y a un logo en faveur du pétrole et du gaz canadiens.

Un convoi de camionneurs propipelines part le 14 février 2019 de Red Deer, en Alberta, pour aller protester à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Nafi Alibert

Un convoi de camionneurs a quitté Red Deer, en Alberta, jeudi matin, pour un périple de plusieurs jours à travers le Canada. Ils espèrent arriver à Ottawa le 19 février pour faire entendre leurs revendications auprès du premier ministre, Justin Trudeau.

Après des semaines de mobilisation en Alberta, les manifestants ont pris la route au volant de leurs camions réunis sous la bannière United we roll (« Nous roulons unis »).

Une voiture rouge est en premier plan avec le message suivant sur la portière: « J'aime les gisements pétroliers de l'Alberta », écrit en anglais. En second plan se trouve un camion où il est écrit: « United we roll for Canada! ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les manifestants veulent afficher leur soutien à l'industrie énergétique aux yeux de tous les Canadiens.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

L’union fait la force

Ce mouvement, qui était initialement associé aux gilets jaunes du Canada, a décidé de s’ouvrir pour rallier un maximum de soutiens.

« Que vous soyez un gilet jaune, un col bleu ou que vous portiez un casque de sécurité rose n’a pas d’importance tant que vous protestez dans le respect et le calme », a déclaré Glen Carritt, un des organisateurs du convoi.

Un groupe de manifestants porte des gilets jaunes. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Certains portaient un gilet jaune en guise de contestation, mais les organisateurs du convoi ont clairement fait savoir que les messages haineux ou d'intolérance n'avaient pas leur place dans cette mobilisation.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

De la dénonciation de la taxe carbone à l'abrogation du projet de loi C-69, en passant par la nécessité de construire de nouveaux pipelines, les organisateurs du convoi veulent crier haut et fort leur opposition à la politique énergétique du gouvernement Trudeau.

Nous ne sommes pas satisfaits du gouvernement actuel [...]. Nous avons besoin qu’il prenne conscience de ce qui est en train de se passer dans ce pays.

Glen Garritt

Sans surprise, la majorité des protestataires sont des travailleurs de l’industrie pétrolière et gazière qui ont été frappés de plein fouet par la récession économique de ces dernières années.

« Nous voulons retrouver nos emplois », affirme Mike Jepson, un des camionneurs qui va mener le convoi.

Un homme avec un bonnet est en train d'écrire un message de solidarité sur un camion.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreuses personnes se sont déplacées au lieu de rassemblement à Red Deer en solidarité aux camionneurs qui porteront leurs voix jusqu'à Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Sur les quelque 160 véhicules réunis à Red Deer, jeudi matin, 70 ont pris la route aux alentours de 8 h. Les autres, qui ne peuvent pas partir pour des raisons personnelles ou professionnelles, se sont mobilisés pour apporter leur soutien « à ces gens qui se battent pour [eux] ».

« Mon mari travaille dans le pétrole depuis 35 ans, nos garçons y travaillent aussi [mais] hier encore, j’ai croisé un ami qui vient de perdre son emploi, après une carrière de 30 ans dans une entreprise de forage », déplore Kerry-Lynn Nielsen, de Red Deer.

Une femme et un homme qui participent à la mobilisation. La femme tient une affiche sur laquelle est écrit : « United we roll ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kerry-Lynn Nielsen et son mari Karl.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Escale à Regina

Brian Barrett, un autre ex-travailleur du secteur pétrolier, à quant à lui perdu sa maison avec la chute du cours du pétrole albertain. À bord de sa cabine de semi-remorque, il souhaite aussi rappeler qu'en l'absence de réelle transition énergétique le monde dépend encore du pétrole.

« Sans pétrole, personne n’aurait de cellulaire, de voiture ou de vêtement, souligne-t-il. Mais j’ai parfois l’impression que l’ensemble des Canadiens ne réalisent pas à quel point le pétrole est indispensable à un grand nombre d’industries. »

« Nous souffrons dans l'Ouest [...] Nous sommes des survivants », conclut celui qui espère que les autres Canadiens comprendront son cri du coeur.

Des manifestants saluent les camions sur le départ avec des drapeaux canadiens dans les mains.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreux manifestants ont laissé flotter le drapeau canadien pour signaler que l'enjeu qu'ils défendent aujourd'hui concerne tout le monde au pays.

Photo : Radio-Canada / Tiphanie Roquette

Pour ce premier jour de route, le convoi se rendra jusqu’à Regina, où le débat constitutionnel concernant la taxe carbone a commencé, mercredi, devant la Cour d'appel.

Une cinquantaine d’autres camions de la Saskatchewan devraient se joindre au convoi albertain. Au total, près de 200 camions devraient faire entendre leur colère à Ottawa, selon Mike Jepson.

Avec les informations de Tiphanie Roquette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique